L’Office nationale du tourisme a organisé, ce 23 mai, un atelier de sensibilisation sur la collecte et la création d’une base de données touristiques au Burundi. Etaient présents les responsables des hôtels, des agences de voyage, de location de voitures, des restaurants…

Christophe Ndikubwayo, directeur des études, statistiques et de la formation professionnelle à l’Office du Tourisme du Burundi. ©IwacuChristophe Ndikubwayo, directeur des études, statistiques et de la formation professionnelle à l’Office du Tourisme du Burundi.
« L’objectif est louable, l’Office du tourisme est la bienvenue à mon établissement pour de plus amples informations », affirme K.H., gérant d’un hôtel sise au centre ville. Les données qui seront récoltées, ajoute un patron d’une agence de voyage, nous permettront d’avoir plus de clients et plus de crédibilité.

« Il y a un manque criant de données statistiques touristiques sur le Burundi », déplore Christophe Ndikubwayo, directeur des études, statistiques et de la formation professionnelle à l’Office du tourisme. « Les derniers chiffres, à l’Isteebu(Institut de Statistiques et d’Etudes Economiques du Burundi), sur le nombre d’hôtels, de restaurants, de lieux de loisirs, sur les services offerts, leurs prix… datent de 2009. » Il fait savoir que certains acteurs touristiques sont réticents à donner des détails sur leurs activités et ne voient pas l’importance de travailler en se basant sur les statistiques. Les touristes, poursuit M. Ndikubwayo, qui viennent et repartent sont enregistrés, mais les données ne sont pas rassemblées ni exploitées.

M. Ndikubwayo signale que le gouvernement est engagé pour la restructuration dans le secteur du tourisme. Il indique que l’Office du tourisme envisage de classifier les hôtels par étoiles pour plus de professionnalisme. « Nos hôtels sont compétitifs au niveau de la région, surtout grâce aux exonérations dont profitent les investisseurs. Ils sont obligés d’en ériger des modernes et de qualité », souligne-t-il. L’atelier a été organisé en collaboration avec la Chambre Sectorielle de l’Hôtellerie et du tourisme du Burundi et Burundi Shop. Cette dernière propose aux acteurs du secteur touristique un site internet pour y poster des informations quant à leurs activités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.