Une déstabilisation du Burundi dévoilée à l’ONU dès la veille des élections de 2020

Globalisation, Géopolitique des Grands Lacs Africains, Défense – GENEVE, SUISSE (ONU),2/07/2019 – Lors de la 41ème session du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, l’Ambassadeur TABU Rénovat, Représentant permanent de la République du Burundi auprès de l’ONU à Genève, a répondu au second rapport oral du Sénégalais Doudou Diene [ http://www.rfi.fr/afrique/20190703-burundi-onu-pointe-une-regression-droits-homme ], vendu aux impérialistes occidentaux ( dont un réseau d’anciennes familles ex-esclavagistes et ex-colons européens et américains  – ) , Président de la commission d’enquête des Nations unies sur le Burundi [ https://www.burundi-forum.org/?s=doudou ]Désormais si il arrive quelque chose aux Barundi, sa responsabilité sera effective pour la Justice burundaise.  La Colonisation et l’Esclavage ont fait plus de 300 Millions de victimes Amérindiennes et Africaines, véritable crime contre l’Humanité dont les responsables courent toujours librement, en poursuivant de commettre leurs crimes en toute impunité …

Voici la réponse de l’Etat du Burundi, à messieurs Doudou et aux complotistes : [ https://www.burundi-forum.org/wp-content/uploads/2019/07/bdi_burundi_GOVBI_CMDHONU_2019_govbi.pdf ]

Faisant remarquer que les rapports de cette commission, qui n’a jamais mis les pieds au Burundi,présentés en mars 2019 et en juillet 2019, “dévoilent le vrai mandat de cette commission et offrent une réalité apocalyptique d’un plan de déstabilisation du Burundi dès la veille des élections de 2020. Il s’agit dune préparation des esprits,un copier-coller de ce qui s’est passé en 2014 en amont du calvaire de 2015“.
Dans un contexte de Guerre Géopolitique dans la région des Grands Lacs Africains, menée par les familles d’anciens esclavagistes et anciens colons occidentaux, contre la Chine, le Burundi a subi une Révolution de Couleur en 2015, qui a échoué avec le coup d’état militaire du mercredi 13 mai 2015, organisée par les USA d’Obama et Soros, la Belgique des Michels, la France de Hollande, le Rwanda de Kagame, et le réseau de l’ancien dictateur burundais Buyoya.

 

L’Ambassadeur TABU Rénovat prévient : ” Cette commission d’enquête s’est déjà écarté de l’essence de son expertise et est tombée dans les considérations politiciennes … Au regard du principe de non politisation des droits de l’homme comment le Conseil des droits de l’Homme peut-il endosser de tel rapport … le Burundi est en droit de conclure que des actes de sabotages et de destabilisation des institutions sont déjà conçus et connus de cette Commission … le Burundi qualifie déjà cette commission de coauteure intellectuelle potentielle au regard de ce qu’elle a appelé – théâtre d’une détérioration grave de la situation des droits de l’homme – et prend pour témoin cette même communauté internationale“.

L’Ambassadeur TABU Rénovat termine, en rassurant la communauté internationale que le Burundi est aujourd’hui un pays stable et en paix, sur tout son territoire, qui se prépare à vivre dans quelques mois ses quatrièmes élections démocratiques consécutives depuis 2005, signe de très grands stabilités institutionnelles dans cette région d’Afrique :”le peuple burundais est fatigué de leurs rapports mensongers, divisionnistes, provocants et distrayants“.

SOURCES : GOUVERNEMENT.BI, NAHIMANA P.