Le Neuvième art était également à l’honneur pendant la semaine belge, avec une exposition regroupant plusieurs dizaines de couvertures du cultissime Journal de Spirou, proposée par Wallonie-Bruxelles International.

Le Neuvième art était également à l’honneur pendant la semaine belge, avec une exposition regroupant plusieurs dizaines de couvertures du cultissime Journal de Spirou, proposée par Wallonie-Bruxelles International ©IwacuLes participants à l’exposition coiffés du célèbre couvre-chef noir-jaune-rouge de Spirou ©Iwacu
On le sait, la Belgique est le pays de la bande dessinée. Qui ne connait pas Tintin, Quick et Flupke ou les Schtroumpfs ? C’est un autre héros culte que les visiteurs ont pu découvrir à travers cette exposition : Spirou. Le célèbre groom roux qui a fêté ses septante-cinq ans d’existence en 2013.

Après un mot d’introduction de l’ambassadeur de Belgique au Burundi, c’est le représentant de Wallonie-Bruxelles International qui a évoqué l’importance de cet art dans le monde culturel actuel. Il a insisté aussi sur le fait que son organisation serait toujours aux côtés du Burundi en la matière. La chargée de communication des éditions Dupuis, créateur de Spirou en 1938, a fait honneur de sa présence en retraçant l’histoire du héros, de sa naissance à nos jours. Elle a ensuite invité l’assemblée à se coiffer du célèbre couvre-chef noir-jaune-rouge de Spirou.

Le journal de Spirou, c’est un hebdomadaire dont le nom typiquement wallon a pour signification « enfant espiègle, primesautier, en bonne santé, farceur, mais qui a bon coeur. »
En parcourant l’exposition, on peut se faire une idée concrète de l’évolution graphique du personnage à travers les années. Il faut savoir que Spirou n’est pas le personnage d’un seul dessinateur, apprendra-t- on. Depuis sa création en 1938, pas moins de huit équipes de dessinateurs se sont succédé à sa tête, ce qui permet au journal et à son héros d’exister encore aujourd’hui. Deux couvertures ont retenu l’attention du public puisqu’étaient visibles le numéro « zéro » du journal ainsi que celui du tout premier journal publié !

L’inauguration s’est clôturée avec le discours du représentant du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports qui a évoqué la passion du ministre pour la BD et l’importance, pour le Burundi, de s’intéresser un peu plus à cet art.
Vous avez jusqu’au dimanche 30 mars pour aller visionner ces œuvres et peut-être découvrir en vous une nouvelle vocation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.