DIASPORA – COVID-19 : Dr. MUJAKAZI Jean Marie, Médecin – Surveiller les personnes à risques et attention aux campagnes de vaccination / BURUNDI

USA, 28/03/2020 – Dr. MUJAKAZI Jean Marie, Médecin, Américain originaire du BURUNDI, a voulu répondre à quelques questions que des citoyens Barundi, en particulier se posent.

Le virus CORONA actuel s’appelle SARS-CoV-2. La maladie,elle, s’appelle COVID-19.

Dr. MUJAKAZI Jean Marie a donné son avis sur le Burundi et le COVID-19. Le plus important est de mettre sous surveillance les personnes à risques. C’est à dire les diabétiques, les personnes à infections pulmonaire, les cardiaques, et les personnes âgés de 60 ans à plus. Il faut bien les surveiller.   Certains aliments permettent de renforcer notre système immunitaire. Ainsi, n’oublions pas les populations pauvres, n’ayant pas accès à ces aliments. Ceux qui, par manque d’une nourriture équilibrée, au niveau immunitaire, sont défavorisés. Il faut aussi bien les surveiller.

Il a une détection simple à faire pour vérifier si quelqu’un a le COVID-19. Deux signes se manifestent : la perte de l’odorat ( l’individu ne sent pas l’odeur) et la perte du goût de la nourriture ( il n’a plus de notion de saveur ).

Sinon tout le reste est déjà connu.  Le Ministère burundais de la Santé fait déjà du très bon travail.  Il faut voir sur internet les informations abondent au niveau des mesures à prendre …

 

Sur un tout autre sujet, Dr. MUJAKAZI Jean Marie, vivant aux USA, appelle à la vigilance de nos responsables de la Politique Sanitaire des Barundi, face aux propositions de campagnes de vaccinations toutes azimuts…
Des vaccinations ont commencé en 2019 dans les 3 pays pilotes en Afrique : le 23 avril au Malawi, le 30 avril au Ghana et le 13 septembre au Kenya.  L’objectif est de vacciner environ 360.000 enfants par an dans ces 3 pays [ https://www.who.int/malaria/media/malaria-vaccine-implementation-qa/fr/ ].
Il s’agit de pays tests, encadré par l’OMS, du vaccin de Malaria Vaccine Initiative (MVI) du PATH développé par Fondation Bill & Melinda Gates. Le MVI a été pris en charge par le géant GSK, sous l’appellation de RTS,S.

Dr. MUJAKAZI Jean Marie suit les débats aux USA. Il dit avoir accès à beaucoup d’informations sur ce sujet. Pour lui, le philanthropisme des GATES est réel. Mais Bill Gates pense qu’il y a trop d’Africains et préconise des politiques malthusiennes.

A CNN en 2011, Bill Gates déclaré « les vaccins étaient la meilleure solution pour faire baisser la population ».  Pour M. Gates, réduire la mortalité infantile par le développement de la vaccination peut freiner la croissance démographique dans le monde.
Dernièrement ( fevrier 2020 ) Bill Gates a déclaré : « Le monde compte aujourd’hui 6,8 milliards de personnes. On devrait atteindre 9 milliards. Avec de très bons résultats sur les nouveaux vaccins, les soins de santé, le contrôle des naissances, on pourrait le réduire de peut-être, 10 ou 15 %, mais on gardera un facteur d’augmentation d’environ 1,3. » [ https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/02/06/bill-gates-a-t-il-dit-que-les-vaccins-sont-l-une-des-cles-de-la-reduction-des-niveaux-de-population_6028668_4355770.html ].

Ainsi Dr. MUJAKAZI appelle les BARUNDI à leur PRUDENCE LEGENDAIRE face à ce type d’intention ( entre Burundais on se comprend ).

La Fondation Bill & Melinda Gates a versé 168 Millions USD au PATH pour ce vaccin – Malaria Vaccine Initiative – [ https://www.gatesfoundation.org/Media-Center/Press-Releases/2008/09/Dveloppement-du-vaccin-antipaludisme ]. Sur 20 ans, cette fondation a investit 15 Milliards USD avec comme objectif de lutter contre la pauvreté et la maladie en Afrique ! Le Rwanda et l’Éthiopie en ont beaucoup profité …

Notre Politique Sanitaire Burundaise doit être intelligente face à ces campagnes de vaccination. Selon Dr. MUJAKAZI, les pharmaciens burundais sont un des acteurs clés face à ces défis à viser “malthusiennes” occidentales.

SOURCES : NAHIMANA P. | Photo : Dr. MUJAKAZI