Source: Afriquinfos

“Une certaine autorité, au nom du BNUB, a diffusé cette rumeur de mauvais goût qui est parvenue jusqu’au siège des Nations Unies. Le gouvernement du Burundi lui demande d’en donner des éléments de preuve, pour lui permettre de sévir contre les auteurs, brebis égarées s’il y en a, ou, à défaut de preuve, le gouvernement l’ invite à se rétracter officiellement et à informer correctement l’ opinion nationale et internationale abusée”, a déclaré M. Bazombanza lors d’une rencontre avec les représentants du corps diplomatique et des organisations internationales accrédités à Bujumbura.

M. Bazombanza a affirmé que le gouvernement est en train de piloter un programme de désarmement de la population civile dont l’exécution se fait suivant les standards internationaux.

Le gouvernement ne saurait tolérer une quelconque initiative de nature à distribuer des armes à une partie de la population contre une autre, a ajouté M. Banzombanza.

“Le gouvernement demande à quiconque détiendrait un signe d’armement de la population civile de le porter à sa connaissance, preuves à l’appui, au lieu d’intoxiquer la communauté internationale, avec les conséquences fâcheuses que cela comporte sur le vécu d’une population qui panse encore les plaies laissées par des années de guerre”, a-t-il insisté.

Il a réitéré l’engagement du gouvernement à assurer la sécurité de toute la population, avec une attention particulière pour les sites vulnérables dont les sites des déplacés et de villages de paix.

Ceux-ci, a-t-il promis, bénéficieront une attention particulière pour éviter des opérations d’attaques destinées à conforter ceux qui diffusent ces rumeurs en rapport avec le génocide et la distribution des armes.

De son côté, le ministre burundais des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale, Laurent Kavakure a indiqué qu’au moment où le modèle démocratique burundais se consolide au jour le jour, il existe des esprits malveillants qui ne cessent de désinformer et d’intoxiquer l’opinion tant nationale et internationale jusqu’au Conseil de Sécurité des Nations Unies.

“Face à ce genre de pollution de l’opinion, nous vous demandons, en tant qu’acteurs de terrain et témoins privilégiés de nos réalités, votre contribution pour que notre pays ne soit pas toujours inutilement épinglé au niveau des rencontres et des conférences internationales”, a déclaré M. Kavakure aux représentants du corps diplomatique et des organisations internationales accrédités à Bujumbura. Le BNUB avait envoyé au siège des Nations Unies un rapport confidentiel qui affirme il y aurait une distribution d’armes par le gouvernement et le CNDD-FDD aux jeunes Imbonerakure, jeunes affiliés à ce parti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.