Agathon Rwasa le pessimiste
vendredi 4 juillet 2014 par Jean Ikoraneza

«Agathon Rwasa ancien président du parti Fnl, demis de ses fonctions par un congrès suite à sa désertion, curieusement il s’en prend au pouvoir. S’exprimant devant les micros de la presse sur un passage du discours à la Nation prononcé par le chef de l’Etat Burundais à l’occasion de la célébration du 52 ème anniversaire de l’indépendance, l’ancien chef rebelle laisse entendre qu’il est exclu de parler de bonnes élections en 2015, tant que certains partis politiques restent jusqu’à ce jour divisés.

« Les élections de 2015, seront les meilleures que le Burundi ait connues, “a lancé Son Excellence Pierre Nkurunziza président de la République du Burundi. Rwasa semble ne pas y croire. Il va jusqu’à accuser le gouvernement d’entraver l’action des acteurs politiques en les empêchant d’effectuer des descentes sur terrain, tout en omettant de parler de la condition posée par le ministère de l’intérieur, celle d’attendre la fin de l’étude de leur statut et la façon dont, ils vont collaborer avec les instituions. Les dissensions au sein des partis politiques n’est pas un phénomène nouveau.

Depuis l’indépendance du Burundi, plusieurs formations politiques ont disparu de la scène politique suite aux clivages. Le partage des acquis et le positionnement sont souvent à l’ origine de ces divisions. Alors, dans un contexte marqué par la fragilité des partis politiques, surtout en ce moment que nous approchons les élections générales de 2015, le gouvernement encourage les partis politiques, à se coaliser à défaut de se réunifier plutôt que de lui demander de s’investir en vue de leur réunification , faisant ainsi allusion transparente à une responsabilité de celui-ci dans leurs querelles intestines qui aboutissent souvent à leur fragmentation.

C’est un pari difficile mais qu’il faut affronter aujourd’hui, sinon demain ce sera trop tard car le compte à rebours semble avoir commencé en perspective de 2015. C’est à ce prix selon Edouard Nduwimana ministre de l’intérieur que ces formations politiques pourront peser dans la balance en 2015.«»»