19/04/2020 : Déclaration du Comité International de Soutien Aux Elections Démocratiques et Transparentes au Burundi

BRUXELLES, 19/04/2020 – M. NIYONGABO Philippe, Porte parole du Comité International de Soutien Aux Elections
Démocratiques et Transparentes au Burundi, a publié une déclaration. Le Comité soutient de manière indéfectible l’Etat du Burundi et les élections démocratiques de mai 2020.
Une des revendications de ce Comité intéresse la Diaspora burundaise, exclus des élections démocratiques 2020 à cause du confinement pratiqué dans certains pays du monde suite au COVID-19.
Ce comité demande , entre autre, “à la CENI ( Commission Electorale Nationale Indépendante ) et au gouvernement du Burundi de faciliter aussi l’organisation des élections au niveau des Ambassades partout dans le monde où le confinement oblige encore les ressortissants burundais à rester clouer chez soi. Les listes des personnes éligibles sont connues et d’autres qui sont exclues, or la façon de contacter tous à chacun pour se prononcer sur un choix personnel, les ambassades du Burundi peuvent trouver un autre moyen rapide de les contacter et chacun peut s’exprimer librement à travers d’autres mécanisme de correspondance dans le but d’arriver ensemble à la proclamation du vainqueur dans le temps prévu par la constitution burundaise“.

Voici la déclaration du Comité dans son intégralité : [ https://www.burundi-forum.org/wp-content/uploads/2020/04/Declaration-du-comite-international-sur-le-burundi-en-avril-2020.pdf ]

————-

Contact : pniyongabo@hotmail.com
Comité International de Soutien Aux Elections Démocratiques et Transparentes au Burundi depuis 2015.

Déclaration du 19/04/2020

Très chers Burundais,
Très chers politiciens burundais de la mouvance
Très chers politiciens burundais de l’opposition rationnelle

Tenez-vous bien malgré tout dans votre agenda politique que vous vous êtes fixés au courant de l’année 2020.

Le Comité International de Soutien aux Elections Démocratiques et Transparentes au Burundi veut s’associer encore une fois au peuple burundais qui a manifesté à plusieurs reprises dans son histoire incertaine, l’intention de garder le courage inouï devant l’incertitude, dans le but de parvenir à vaincre la peur ou le désespoir et en définitive construire un Burundi sûr et démocratique.
Sans vouloir se moquer des souffrances, des pertes en vie humaine dans le monde causées par la présence d’une pandémie qui perturbe l’équilibre socio-économique de tous les pays, aujourd’hui que cette déclaration concerne le Burundi et ses ressortissants partout dans le monde, la prise de décision des dirigeants burundais qui respectent à la lettre la richesse que contient la constitution et les programmes politiques, l’incertitude devant la douloureuse pandémie mondiale qui perturbe les programmes majeurs dans les pays touchés par ce Coronavirus nous oblige à manifester le soutien que ce Comité a sur le cas du Burundi en particulier.
Le Comité international de Soutien aux Elections Démocratiques et Transparentes au Burundi encourage le maintien de l’agenda des programmes politiques déjà élaborés au cours de cette année 2020 pour plusieurs raisons.
En guise de référence, l’émergence inattendue du Coronavirus ainsi que ses conséquences incertaines nous rappellent quatre éléments que les autorités burundaises auraient pu savoir.
• L’imprédictibilité de l’avenir
• La différence entre le risque et l’incertitude
• La non-linéarité de l’évolution du monde
• La construction sociale des surprises.

Au Burundi en particulier, la succession de surprises massives de tout ordre que nous avons vécue au moins dans l’histoire démocratique nous oblige à rester forts en toute sérénité.
Malgré la perte de nos leaders dans le passé, le père de l’indépendance Louis Rwagasore, la perte du système démocratique depuis 1965, la décapitation des institutions démocratiquement élues au Burundi en 1993, le retour à des chaos et des transitions dramatiques jusqu’en 2005 qui ont causé plusieurs morts non pas par une présence de pandémie au Burundi mais au non respect de la vie humaine par des politiciens irresponsables qui préfèrent des guerres et des rivalités inhumaines.
Nous espérons élire nos futurs dirigeants pour certains sur un paradigme prédictif autour de la notion de risque calculable, alors que tout ce qui compte vraiment n’est ni prédictible, ni calculable.
Il y a quelque chose de désespérant à voir qu’aucune leçon n’a été tirée des échecs massifs de ce paradigme, que ce soit en finance, en économie, en politique où quelques individus dans un agenda caché espèrent la mise en place d’une personne manipulable en Afrique, incapable de défendre son peuple devant les dangers multiples qui restent en vogue comme des vautours autour d’une proie. Les effets de cette conséquence sont considérables et la notion de démocratie incomprise reste dangereuse comme la pandémie du Coronavirus qui fait rage pour le moment d’une façon généralisée et sans remède miracle ni vaccin.
Il est indispensable que les décideurs dans quelques domaines que ce soit acquièrent une véritable culture de l’incertitude aussi bien dans l’anticipation que dans la gestion d’événements inédits.
Pour ce, le Comité International de Soutien aux Elections Démocratiques et Transparentes au Burundi aimerait vous inviter à réfléchir dans le but d’envisager garder à l’agenda tous les programmes politiques prévus malgré la présence d’un cas grave de contamination de coronavirus sur le sol burundais selon les déclarations habilitées du ministère de la santé publique qui montrent qu’un individu testé positif ne peut pas devenir un motif de modifier tout le programme politique déjà élaboré dans l’agenda politique où est prévu ce qui suit :
1. La campagne pour les élections démocratiques à partir du 27 avril 2020.
2. Les élections prévues : la date du 20 mai pour la présidentielle, ensuite la date du 20 juillet pour l’élection des Sénateurs, et enfin la date du 24 août pour l’élection des Conseillers des collines et des quartiers.

Notre soutien à l’agenda global politique au Burundi dans ces moments difficile dans le monde obligeant un confinement faute d’autres moyens sanitaires qui sont en contradiction avec l’agenda caché de l’opposition radicale burundaise dans le monde que nous aimerions mettre à nue car eux cherchent d’autres possibilités de nuisance en sortant leur dernier outil de bataille.
L’opposition radicale et les médias qui les soutiennent profitent de la peur de cette pandémie mondiale dans le but de presser le Burundi à renoncer à la tenue des élections démocratiques prévues.
• L’opposition radicale veut profiter de ce report des élections démocratiques dans le but d’exiger le retour à une transition malhonnête comme dans le passé composé qui reste dans nos souvenirs sur le Burundi.
• L’opposition radicale croit à une décision de confinement au Burundi dans l’espoir de faire entrer de nuit des éléments nuisibles qui pourraient perturber la paix des citoyens. Dans cette hypothèse tragique, l’expression des médias hostiles favorables au chaos au Burundi reste la même. Exagérer sur l’existence de plusieurs cas de contamination au Coronavirus et le peuple va boycotter les agendas des campagnes et des élections tout en sachant que des éléments nuisibles de quelques irresponsables politiques en exil de l’opposition seront déjà positionnés ici et là. Les exemples ne manquent pas. Les déclarations actuelles sur Radjabu Hussein et ses acolytes de Red-Tabara, le Forebu, le FNL Nzabampema,le MAP-BURUNDI BUHIRE des organisations de nuisance qui affirment qu’ils sont déjà sur le sol burundais pour entamer une guerre d’usure comme si pour eux cette pandémie ne les concerne pas. Ainsi les réfugiés ne rentreront pas pour voter, les autres réfugiés de masse pourront naître et augmenter tandis que le simple fait de l’aggravation de l’insécurité dans les camps de fortune augmentera la mort des burundais. Voici les projets macabres des ennemies de la paix au Burundi que nous aimerions décourager et prier le peuple burundais de rester tenace au respect de l’agenda politique fixé malgré tout pendant cette année en cours en 2020.
• Nous demandons à la CENI et au gouvernement du Burundi de faciliter aussi l’organisation des élections au niveau des Ambassades partout dans le monde ou le confinement oblige encore les ressortissants burundais à rester clouer chez soi. Les listes des personnes éligibles sont connues et d’autres qui sont exclues, or la façon de contacter tous à chacun pour se prononcer sur un choix personnel, les ambassades du Burundi peuvent trouver un autre moyen rapide de les contacter et chacun peut s’exprimer librement à travers d’autres mécanisme de correspondance dans le but d’arriver ensemble à la proclamation du vainqueur dans le temps prévu par la constitution burundaise.
• Nous encourageons une compétition honnête basée sur le respect mutuel, la tolérance, le respect des consignes donnés par le service des scientifiques qui empêchent les gens de se donner la main, de s’embrasser, de se cracher dessus, de se donner des coups, de porter des masques dans les milieux incertains dans le but de se protéger contre la transmission du virus par ce contact physique. Par ce courage et détermination nous vaincrons tous.
Nous soutenons encore plus nos forces de défenses burundaises, nos services médicaux qui s’acharnent pour le bien-être des burundais ,nos dirigeants honnêtes dans ce bon pays qui vont s’affronter par un programme de paix et de développement pour tous. Nous disons finalement que le peuple burundais arrive à maturité politique et que le meilleur gagne ces élections malgré les embûches à l’échelon mondial qui tétanisent mais que ce peuple courageux de l’Afrique centrale combat comme des braves car ils sont protégés par celui qui les a crée.

Fait à Bruxelles ce 19/04/2020
Pour le Comité International de Soutien Aux Elections
Démocratiques et Transparentes au Burundi
NIYONGABO Philippe
Porte parole.


SOURCES : NAHIMANA P. , Comité International de Soutien Aux Elections Démocratiques et Transparentes au Burundi