L’UPA s’engage à plaider la cause du Burundi auprès des instances internationales

L’Union parlementaire africaine (UPA) s’engage à “plaider en faveur de la cause du Burundi” auprès des instances internationales, a déclaré dimanche dans un point de presse à Bujumbura Cipriano Cassama, président en exercice de l’UPA.

M. Cassama, qui est également président de l’Assemblée nationale de Guinée-Bissau, s’adressait à la presse dans l’enceinte de l’aéroport international de Bujumbura où il venait d’atterrir à la veille de l’organisation de la 72ème session du comité exécutif de l’UPA du 22 au 23 mai.

Organisation internationale à vocation régionale africaine créée à Abidjan (Côte d’Ivoire) en février 1975, l’UPA compte aujourd’hui une quarantaine de parlements nationaux ainsi que plusieurs pays et organisations ayant le statut d’observateurs.

“L’UPA est préoccupée par la persistante incompréhension dont fait l’objet le Burundi de la part de certaines organisations internationales. C’est pourquoi, en synergie active avec ses partenaires traditionnels, notre organisation s’est engagée à émettre, au profit du Burundi, un signal fort en direction des instances internationales dont l’Union européenne et l’Union africaine. Notre plaidoyer international en la matière se focalise sur le fait de faire comprendre à l’ensemble de la communauté internationale, dans toute sa diversité, que le Burundi est un pays à soutenir impérativement pour accompagner les efforts locaux déjà entrepris par les autorités locales sur la voie du recouvrement d’une paix durable et de la reconstruction post-conflit”, a-t-il souligné.

Pour sa part, le président de l’Assemblée nationale du Burundi, Pascal Nyabenda, qui a accueilli le président de l’UPA à son arrivée au Burundi, a rendu un “hommage vibrant” à cette organisation internationale pour son “soutien indéfectible” au Burundi via l’engagement “solennel” pour un plaidoyer international en faveur de la cause du peuple burundais auprès des “divers segments” de la communauté internationale.

“Le parlement burundais, à travers sa chambre basse (Assemblée nationale) et sa chambre haute (Sénat), est heureux d’accueillir les assises de la 72ème session du comité exécutif de l’UPA. L’organisation de ces assises à Bujumbura est un témoignage on ne peut plus éloquent que le processus de recouvrement de la paix et de la sécurité dans le pays a déjà marqué d’importants progrès qu’il faut accompagner par des appuis conséquents des instances internationales”, a-t-il insisté.

 

Xinhua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.