Le bateau ivre de Lahaye CPI-ICC prend l’eau de toute part.

Résultat de recherche d'images pour "CPI IMAGE"

L’instrument européo-centriste de la régulation géopolitique mondiale basé à Lahaye prend d’avantage l’eau de toute part.

Après la sortie du Burundi, des Philippines, de l’Afrique du Sud (bien que retoqué par sa propre juridiction suprème), après les sanctions prises par les Yankee(en retirant les visas entre autres aux juges de Lahaye), le “grand machin” enregistre encore une défection; la dernière en date celle de la Malaisie; pourtant cela ne faisait que depuis mars 2019 qu’elle était devenue le 124 è membre,                      

Ce truc apparemment poussé dans le dos par les occidentaux, n’a visiblement plus de crédibilité. Après le dossier Libyen, le dossier sur la Côte d’Ivoire, l’Afganistan, Palestine etc.., ce machin chose devrait soit se saborder; soit subir une réforme en profondeur. 

Rien que sur le dossier ivoirien, on pourrait s’interroger sur le fait que le président Bagdbo ait obtenu  un non-lieu pour manque de preuves suffisantes mais reste embastillé dans la Belgique. La même Belgique dont la commission des droits de l’homme de l’ONU vient d’épingler à propos de son omerta sur son passé colonial; la même Belgique épinglé régulièrement par l’Observateur européen  des prisons. 

Quant au dossier libyen, quiconque qui voudrait  s’informer correctement: le bombardement de la Libye s’est fait en  outrepassant l’autorisation d’exclusion aérienne qui avait été autorisé par le conseil de sécurité de l’ONU, sous le forcing d’une certaine puissance dont on n’a pas besoin de nommer.  N’oublions pas le dossier RDCéenne où l’on a assisté à la libération de Jean Pierre Bemba que l’on avait accusé et condamné à 18 ans de prison. Tout cela donne l’impression que cette cour a une certaine orientation dans le choix des dossiers qu’elle instruit. 

La cour de Lahaye, n’a pas d’autonomie effective en tant que pouvoir judiciaire devant modérer l’autorité politique de l’ONU ainsi que du conseil de sécurité. Rien que pour ces deux raisons, elle devrait soit être réformée en profondeur soit programmer son démantèlement, sinon c’est un autre instrument presque inutile qui va contribuer au chaos dans lequel l’humanité se trouve depuis très longtemps, où la raison du plus fort est en fin de compte toujours la meilleure, où on hésite pas d’avancer le mensonge pour attaquer d’autres pays comme le démontre le dossier irakien avec ses armes de destructions massives, le dossier libyens avec ses camions remplis de viagra et l’outre-passement du mandat délivré par l’ONU, le dossier ivoirien, où l’on a voulu faire passer le président Bagdbo pour un sanguinaire assassin quitte à l’arrêter et le déporter illégalement hors de chez lui, etc etc…

Autrement dit laisser l’entropie humanitaire continuer en respectant déjà de la part de tout le monde les règlements existant. Cela est une autre histoire!