LA COMMISSION DIENE UN SCANDAL DIPLOMATIQUE ET JURIDIQUE

La commission des Droits de l’Homme des Nations Unies s’est réuni ce 12 septembre pour débattre du cas du Burundi. Bien que la plupart des observateurs trouvent inopportun de maintenir le Burundi sur l’agenda de ce conseil il est important de comprendre la tumultueuse évolution des relations entre ce conseil et le parti CNDD-FDD au pouvoir depuis 2005.

Comprendre la sphère des défenseurs des droits de l’homme au Burundi.

Arrivée au pouvoir après une guerre civile qui a duré plus de dix ans le CNDD-FDD était une inconnue pour la plupart des stratèges des ambassades Occidentaux qui avaient passé la décennie de guerre civile à se fier aux analyses et expertises fournies par les membres des organisations de la ‘’société civile’’ Burundaise elle-même émanation de ce qui était devenue opposition en 1993 avec la brève prise du pouvoir par le Frodebu. C’est cette situation qui explique le radicalisme affiché par certains membres de la société civile qui n’ont jamais cautionné, du moins publiquement, les changements démocratiques intervenus au Burundi durant la fin du 20 siècles et le début du 21ème. Comprendre cette situation est la clef principale de la compréhension de l’imbroglio dans lequel se sont retrouvés les différents experts envoyés par les Nations Unies pour travailler sur le Burundi. Ceux qui se présentaient comme défenseurs des Droits de l’Homme, donc principal interlocuteur de ces experts, n’étaient qu’un ramassis de nostalgique d’anciens régimes qui avaient vu dans les droits de l’homme un instrument pour servir leurs intérêts politiques. Certes la situation des droits de l’homme n’était pas des meilleurs au Burundi et ce depuis le 21/10/1993, mais à cause de l’amplification médiatique des fausses informations fournies par ces sois disant activistes des droits de l’homme, le Burundi s’est vite retrouvé dans la situation que nous connaissons actuellement même si la réalité sur terrain ne le justifie en aucune façon. Deux résolutions contradictoires dans une Assemblée générale, sur un même pays : Le BURUNDI Mise en place par la résolution 33/24 du 30 septembre 2016 cette commission dirigée par le Sénégalais DOUDOU Diène est le résultat d’un forcing opéré par certains pays européens et qui ont exigé le vote d’une nouvelle résolution après que les pays africain aient réussi le jeudi 28 septembre 2016 à mettre en place une autre commission avec la quelle même le gouvernement du Burundi avait accepté de collaborer. La commission DIENE est le résultat d’un scandale diplomatique, la preuve que le conseil des droits de l’homme des Nations Unies est instrumentalisé à outrance par certaines puissances qui en font un des leviers de leurs politiques étrangère. La Commission des Nations Unies ayant obligation de mettre en place les deux commissions fera sourde oreille sur l’option mise en place par les pays africains pour privilégier celle des pays Occidentaux. Ce scandale fera date dans les annales de ce conseil et prouve à suffisance que le Burundi n’est pas vilipendé pour la cause des droits de l’homme mais bel et bien pour quelques intérêts inavouables de quelques puissances Occidentales. Il se doit de noter qu’après ces résolutions contradictoires le président de la commission d’alors Monsieur Fatsa OUGHERGOUZ démissionnera pour être remplacé par Monsieur DOUDOU DIENE. C’est donc sur base d’une telle imposture que l’assemblée générale du conseil des droits des Nations unies  s’est réunir pour parler du Burundi. Par NUBWACU Yves Lionel