Le Procureur Général de la République dément certaines allégations sur le Burundi

Source : RTNB, le 17/09/2018

 

 

 

 

Le Procureur Général de la République du Burundi Sylvestre Nyandwi a animé lundi 17 septembre 2018, un point de presse pour informer l’opinion nationale et internationale sur certains dossiers criminels qui ont suscité l’émoi de la population.

Le Procureur de la République du Burundi a précisé que la plupart de ces dossiers ont pris origine dans le mouvement insurrectionnel déclenché au mois d’avril 2015. Ces dossiers concernent les tueries qui ont été commises, la fermeture de certaines associations de la société civile ainsi que la fermeture de certaines radios. Certains de ces dossiers ont été clôturés et d’autres sont en cours d’instruction, a-t-il poursuivi.

Le Procureur Général de la République du Burundi a affirmé qu’il y a des défis et des lacunes par rapport ces dossiers mais qu’ils sont entrain d’être corrigés petit à petit ,dans le cadre d’une réforme qui a été entamée par le Conseil supérieur de la magistrature.

Néanmoins, le Procureur Général de la République du Burundi a fait un démenti formel sur toutes les affirmations gratuites contenues dans le rapport de la Commission d’enquête sur le Burundi mise en place par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Le Procureur Général de la République du a indiqué que cette commission a émis beaucoup de critiques à l’endroit de la magistrature burundaise tant assise que debout ,voulant faire croire que la justice burundaise est inerte.

Selon Sylvestre Nyandwi, les auteurs de ce rapport mensonger ont osé affirmer qu’une étude approfondie du système judiciaire a prouvé l’absence de l’indépendance de la justice au Burundi. Celle-ci est caractérisée notamment par un contrôle institutionnel du pouvoir exécutif sur les juges et les juridictions ,poursuit le rapport.

Sylvestre Nyandwi, a démenti les allégations de ce rapport selon lesquelles, il n’existe pas de système d’aide légale au Burundi alors qu’il y a au niveau du Ministère de la justice, une cellule qui s’en charge avec une ligne budgétaire y relatif.

Le Procureur Général de la République a invité les auteurs de ces propos à analyser objectivement le fonctionnement du système judiciaire burundais et les lois qui le sous-tendent au lieu de faire des affirmations sur base des faits non vérifiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.