La Fondation Nelson Mandela a exprimé mardi son soutien à la demande de sanctionner les personnes accusées de compromettre la démocratie sud-africaine et de piller ses ressources. “Les citoyens sud-africains à travers le pays parlent et prennent des mesures pour exprimer leur mécontentement”, a déclaré la Fondation dans un communiqué. “Vingt ans après la signature de la constitution sud-africaine par Nelson Mandela et à l’approche du troisième anniversaire de sa disparition, il est douloureux pour nous à la Fondation Nelson Mandela de voir comment les roues sortent du véhicule de notre Etat”, a noté le communiqué. La fondation a souligné l’affaiblissement des institutions critiques telles que le Service fiscal sud-africain (SRAS), l’autorité nationale de poursuite (NPA) et les organismes d’application de la loi en raison de l’ingérence politique pour des intérêts privés. “Nous récoltons les fruits d’une tendance politique à personnaliser les questions d’Etat autour d’un seul leader individuel, ce qui, dans une démocratie constitutionnelle, doit être déploré”, a martelé la fondation. La capacité et l’engagement du chef de l’Etat à être un “être constitutionnel” est l’une des roues de l’État, a déclaré la fondation. Le jugement unanime de la Cour constitutionnelle dans l’affaire du président Jacob Zuma concernant l’utilisation des ressources de l’Etat sur une résidence privée était l’un de ces tests, a affirmé la fondation. Une autre roue est un système éducatif accessible et fonctionnel, a précisé la fondation. “Les écoles, à notre avis, en particulier dans les communes et dans les zones rurales, ont été largement capturées à des intérêts politiques et se sont détériorées à des niveaux inimaginables”, a déclaré la fondation, ajoutant qu’aujourd’hui les universités sont presque paralysées. “L’insolvabilité de l’université risque d’endommager notre démocratie”, a mis en garde la fondation

Xinhua