Le sommet des chefs d’État de la CAE a de nouveau été annulé au milieu de craintes

Le sommet des chefs d’État de la CAE est de nouveau annulé à l’occasion de relations difficiles entre certains États membres, alors que des appels à la révision du traité étaient prévus pour tenir compte de telles situations.

Arusha Des signes d’élargissement des fissures entre les États sont apparus hier lorsque le Sommet des chefs d’État des pays de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) a été annulé pour la deuxième fois en trois semaines.

La réunion des dirigeants régionaux qui devait se tenir au Centre de conférence internationale d’Arusha (AICC) le 27 décembre a été repoussée à une date ultérieure. “C’est maintenant officiel. Le sommet n’aura pas lieu le 27 décembre », a déclaré Christophe Bazivamo, secrétaire général adjoint de la CAE (Secteur de la production et des secteurs sociaux).

Il a déclaré à The Citizen que la date et le lieu du 20ème sommet, qui avait été reporté à deux reprises, seraient communiqués aux États partenaires et au public à une date ultérieure. Il a ajouté que le segment ministériel du sommet, qui devait commencer aujourd’hui (jeudi) à Arusha, a été reporté indéfiniment.

Selon des informations non confirmées au sein des cercles de la CAE, la réunion se tiendrait probablement de février à mars de l’année prochaine.

Cela donnerait un répit aux organisateurs après une longue saison de fête et le temps de réfléchir à l’avenir incertain de la CAE étant donné les problèmes de ressources et la détérioration des relations entre certains États membres.

M. Bazivamo n’a pas expliqué pourquoi le sommet tant attendu avait été repoussé, même après que le Burundi, qui a forcé l’ajournement du sommet du 30 novembre, ait annoncé sa présence. «Les présidents ont consulté et continuent de consulter à ce sujet», a-t-il déclaré, sans donner de détails.

Le secrétaire général adjoint a été le premier responsable exécutif de la Communauté à laisser entendre que la réunion des dirigeants régionaux avait déjà commencé. Mardi, il a laissé entendre qu’il n’y avait aucune probabilité que le sommet ait lieu et a déclaré qu’une communication à cet effet serait publiée.

À la fin de la journée d’hier, la direction des Affaires de l’entreprise et de l’information du public de la CAE n’avait pas encore publié de déclaration officielle annulant la réunion clé.

Les analystes et observateurs régionaux rencontrés à Arusha ont déclaré qu’ils n’étaient pas surpris, soulignant l’élargissement des fissures dans le bloc des six nations, y compris le fort échange récent entre les dirigeants burundais et ougandais au sujet du Rwanda.

 

PAR Zephania Ubwani @ ubwanizg3 news@tz.nationmedia.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.