1 thought on “Contact

  1. Il convient de rappeler que le traité institutif de la CPGL comme celui de la CAE stipuler la liberté de circulation de personnes et de biens au sein de la communauté. La demande injonctive de Kagame aux Rwandais de ne pas se rendre au Burundi est subséquemment contraire à ces statuts et inopérante.
    En réalité, selon Kagame, les opposants au régime sanguinaire de Kigali sont soutenus par le Président Burundais, c’est lui qui les arme et le finance, ils vont au Burundi pour la formation au maniement des armes. C’est donc pour sa sécurité et celle de son régime qu’il demande aux Rwandais de ne pas se rendre au Burundi. Après son échec cuisant au Burundi lors du coup d’Etat planifié et financé par lui contre le gouvernement légal du Burundi, il a constaté qu’il a commis irréparablement une erreur, que le Burundi sous l’autorité de Pierre Nkurunziza est n’est pas le Burundi qu’il croyait connaître. Si le Président Nkurunziza décidait de soutenir effectivement les opposants à Kagame, son régime tomberait comme un château de carte. Et nul ne pourra reprocher au Président Burundais de soutenir les combattants de la liberté. Nkuruniza, après sa décision de respecter la constitution de son pays contrairement à Kagame qui a fabriqué un document qu’il a appelé pétition aux seules fins de s’autoproclamer président à vue du Rwanda, Nkurunziza a cloué au mur ses pourfendeurs dont Louis Michel. Les hors-la-loi burundais qui sont vautrés au chaud ici à Kigali avaient cru que Kagame les mettra au pouvoir au Burundi. C’est peine perdu. Ceux qui sont frappés de mandats d’arrêt internationaux ne peuvent même quitter le Rwanda. Sous peine de légaliser les agissements de hors-la-loi et institutionnaliser les bandes armées, le gouvernement burundais doit en tout état de cause faire exécuter ces mandats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.