Comment une agence américaine a nettoyé l’image ternie par le génocide au Rwanda

Racepoint Group est une agence de relations publiques globale.

Pour un montant mensuel de 50 000 dollars plus les frais, l’agence américaine offre au gouvernement rwandais une perspective séduisante: une image polie, une campagne médiatique sophistiquée – et une chance de “noyer” ces voix d’opposition sur le Web.

C’était en 2009, et le régime autoritaire au Rwanda faisait face à une critique croissante de son bilan en matière de droits de l’homme. Il était accusé de censurer les médias, de supprimer la liberté, de fermer des journaux et de créer un climat de peur. Elle s’est donc tournée vers une agence de relations publiques, le groupe Racepoint, qui avait déjà amélioré l’image du dictateur libyen Mouammar Kadhafi.

À peine deux ans plus tôt, Racepoint avait facturé 167 000 dollars pour son rôle dans une campagne de promotion du colonel Kadhafi, qu’il a respectueusement qualifiée de “chef”. Il a vanté l’homme fort libyen en tant que démocrate, réformateur, “intellectuel et philosophe”. Par rapport à cela, le travail au Rwanda serait facile.

Les contrats révèlent la tactique de plus en plus sophistiquée de la guerre de publicité entre les hommes forts africains et leurs critiques étrangers – une guerre dans laquelle de nombreux gouvernements deviennent de plus en plus agressifs et sophistiqués dans leurs efforts pour détourner l’attention de leurs violations des droits de l’homme.

Pendant une période de 18 mois, Racepoint a créé deux sites Web pro-rwandais, a rempli Internet d’histoires positives sur le Rwanda et a promu une nouvelle “marque” nationale pour le pays. Il s’est vanté par la suite que sa campagne avait généré plus de 100 articles par mois dans les journaux, les sites Web et les chaînes de télévision, tout en réduisant de 11% le nombre de discussions en ligne sur le génocide rwandais en 1994.

 

La campagne publicitaire de Racepoint au nom du gouvernement rwandais, visant explicitement à “saper” les critiques étrangers tels que Human Rights Watch, est une tactique de plus en plus populaire parmi les dirigeants autocratiques en Afrique et au Moyen-Orient. Un nombre croissant de personnes dépensent des sommes importantes en sociétés de lobbying américaines et britanniques et en consultants en relations publiques pour ce que les critiques appellent des campagnes de “blanchiment de la réputation”.

Les contrats de Racepoint, et de nombreux contrats similaires conclus dans d’autres pays, ont été discrètement divulgués par les entreprises dans leurs déclarations au gouvernement américain en vertu de la Loi sur l’enregistrement des agents étrangers, bien que les contrats soient parfois déposés deux ou trois ans après leur signature, car la loi le permet. .

L’accord entre Racepoint et le Rwanda, qui comprend un “plan stratégique” de 10 pages visant à donner une nouvelle image au pays, constitue l’un des aperçus les plus détaillés et les plus révélateurs du fonctionnement de l’industrie. L’accord indiquait que la campagne avait plusieurs objectifs: fournir une nouvelle “marque” positive à un pays qui était auparavant célèbre pour son génocide de 1994; ériger un “mur de défense” sur Internet pour “saper” et “émousser” les détracteurs du gouvernement; et “inondant” les médias d’histoires du progrès économique et social du Rwanda.

“Une fois que nous aurons obtenu des articles établissant l’ordre du jour dans les médias politiques et commerciaux, nous les diffuserons sur le Web”, a déclaré Racepoint dans son accord avec le Rwanda. “En fin de compte, cela aura pour effet de noyer l’opposition et de réduire l’incidence de la recherche liée au génocide dominant la recherche organique (sur Internet).”

La campagne visait à vaincre deux groupes principaux: les émigrés rwandais en Europe qui s’opposent au gouvernement actuel et les groupes de défense des droits de l’homme qui critiquent les abus commis au Rwanda. L’accord, qui accorde une attention particulière à Human Rights Watch, indique que ces groupes “avancent l’histoire d’un Rwanda instable comme moyen de continuer à attirer les donateurs et à exercer une influence dans la région”.

 

Larry Weber, président de la société de portefeuille de Racepoint, W2 Group Inc., a déclaré qu’il était désolé si l’accord semblait viser les donateurs de Human Rights Watch. L’objectif du plan stratégique, a-t-il déclaré, était simplement de corriger les inexactitudes diffusées par les groupes de défense des droits.

“Je m’excuse s’il semble que nous nous en prenions à eux ou à leurs donateurs”, a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique au siège de son entreprise à Boston. “Nous ne voulions pas les mettre hors service.”

Il a également nié que le plan visait à “noyer” l’opposition légitime au Rwanda. Il visait uniquement les opposants “illégitimes” qui répandaient de fausses informations, a-t-il déclaré.

M. Weber a déclaré qu’il “méprisait” quiconque pensait qu’il était moralement discutable de promouvoir les dirigeants rwandais. “La campagne visait uniquement à les aider à apprendre à communiquer de manière plus agressive dans un monde qui aime lancer beaucoup de pierres.”

En ce qui concerne le contrat libyen, il a déclaré que le colonel Kadhafi n’était finalement “pas un homme bon”, mais il a noté qu’au moment du contrat de relations publiques de 2007, l’Occident améliorait ses relations diplomatiques et commerciales avec la Libye.

Racepoint a cessé de travailler pour le Rwanda il y a environ un an, mais le Rwanda a également engagé d’autres agences américaines et britanniques. Le directeur d’une agence britannique, BTP Advisers, s’est vanté d’avoir mis en place un “site d’attaque” sur Internet où le gouvernement rwandais pourrait cibler ses critiques, selon un rapport publié le mois dernier par le Bureau of Investigative Journalism, une agence de presse indépendante à but non lucratif.

 

“Le gouvernement rwandais est obsédé par son image et il est très intolérant à la critique de son bilan en matière de droits de l’homme”, a déclaré Carina Tertsakian, chercheuse principale à Human Rights Watch.

L’embauche d’agences américaines et britanniques est “un outil de plus” dans une stratégie de relations publiques agressive qui est “souvent assez méchante et personnalisée”, a déclaré Mme Tertsakian, qui s’est elle-même attaquée sur les sites du gouvernement rwandais.

“C’est inquiétant. Ils dissimulent délibérément des informations sur leur situation en matière de droits de l’homme. Ils nient les violations des droits de l’homme, déforment les archives historiques et colportent de fausses informations.”

Thor Halvorssen, président de la Human Rights Foundation, basée à New York, a déclaré qu’un trop grand nombre d’agences de relations publiques aidaient les dictateurs africains à blanchir leurs exactions et à rejeter les critiques.

“Ces sociétés se spécialisent dans l’inhumation de preuves de violations des droits de l’homme sous un jargon rose sur la stabilité, la croissance économique et les engagements en faveur des pauvres”, a-t-il déclaré.

Le prix d’une meilleure réputation

Guinée Équatoriale

60 000 $ par mois

Ce pays riche en pétrole, qui possède l’un des pires bilans africains en matière de corruption et de violation des droits de l’homme, a engagé un consultant américain, Qorvis Communications, 60 000 dollars par mois en 2010 et 2011 pour améliorer son image publique. Son dirigeant de longue date, Teodoro Obiang, qui a pris le pouvoir à la suite d’un coup d’État militaire, dispose d’une fortune estimée à 600 millions de dollars dans un pays où la plupart des gens survivent avec moins d’un dollar par jour. Il dirige la Guinée équatoriale depuis 32 ans.

Angola

675 000 $ par an

 

L’Angola, un autre pays répressif riche en pétrole, a signé en 2008 un accord avec une société américaine, Samuels International Associates Inc., visant à améliorer son image au plan mondial et à “faciliter” ses réunions avec des hauts responsables américains moyennant des frais annuels de 675 000 $. Son président autocratique, José Eduardo dos Santos, dirige l’Angola depuis 32 ans.

Tunisie

Contrat de 420 000 $

Au cours de son règne autoritaire, l’ex-président Zine El Abidine Ben Ali a signé un contrat de 420 000 dollars avec une société américaine de relations publiques, Washington Media Group, afin de promouvoir une image plus favorable pour le pays. La firme a mis fin au contrat en janvier dernier après le début d’une violente répression contre les manifestants pro-démocrates. M. Ben Ali a dirigé la Tunisie pendant 23 ans, jusqu’à sa chute l’an dernier.

Ethiopie

2,5 millions de dollars

 

Reconnu pour avoir arrêté des centaines de politiciens de l’opposition et réprimé les médias, le leader éthiopien, Meles Zenawi, a dépensé plus de 2,5 millions de dollars dans trois sociétés de lobbying américaines en 2007 et 2008. Ses élections ont été largement critiquées pour être considérées comme injustes et antidémocratiques. principal bénéficiaire de l’aide occidentale. M. Zenawi dirige l’Ethiopie depuis 21 ans.

Sénégal

150 000 $ plus des frais mensuels de 50 000 $

Lorsque le président sénégalais, Abdoulaye Wade, a décidé l’année dernière qu’il souhaitait un troisième mandat, malgré une interdiction constitutionnelle, il a signé en octobre un contrat avec un cabinet d’avocats américain, McKenna Long & Aldridge, promettant de payer 150 000 dollars US plus 50 000 dollars par mois. pour la société de préparer un document de recherche sur la question du troisième terme et de “partager” la recherche avec des responsables américains et sénégalais. M. Wade a dirigé le Sénégal pendant 12 ans.

GEOFFREY YORK

https://www.theglobeandmail.com/news/world/how-a-us-agency-cleaned-up-rwandas-genocide-stained-image/article542612/