Le Burundi obtiendra un financement de 33 millions de dollars de la Banque mondiale

Le gouvernement burundais a enclenché mardi le processus de ratification d’un accord de financement de 33 millions de dollars, signé avec la Banque mondiale, pour le projet hydroélectrique sur les rivières de Jiji et de Murembwe.

Ce projet contribuera à la réduction du déficit énergétique national, par l’aménagement de sites le long des rivières Jiji et Murembwe, dans le sud du Burundi, et par la construction de centrales hydroélectriques pour une capacité cumulée de 49,5 mégawatts, selon un communiqué publié mardi par le secrétaire général et porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba, à l’issue du conseil des ministres qui s’est penché notamment sur l’analyse de ce projet hydroélectrique.

Le projet hydraulique de Jiji-Murembwe vise à terme à doubler la capacité de production électrique du Burundi. L’accord de financement avait été conclu le 19 décembre 2017 à Bujumbura, entre le gouvernement burundais et la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD, qui fait partie du groupe de la Banque Mondiale).

Cependant, fait-t-on remarquer au niveau du gouvernement burundais, le coût total de ce projet s’élève à 270,4 millions de dollars.

En plus de la BIRD, les autres partenaires du gouvernement burundais dans la réalisation effective de ce projet sont la Banque européenne d’investissement (BEI), la Banque Africaine de Développement(BAD), ainsi que la Régie des Eaux et d’Electricité (REGIDESO), une entreprise paraétatique burundaise opérant sous la tutelle directe du ministère en charge de l’Energie et des Mines.

Le processus de ratification de ce projet sera bouclé par la signature par le président Nkurunziza après l’ultime phase de la ratification des deux chambres du parlement.

 

Xinhua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.