DIASPORA – COVID-19 : Dr. GUINDJA DJAGUET KOURAN Pierre, Médecin-Biologiste,  “Les maladies initiales tuent,pas le virus” –  “A  20° C et au delà, le virus meurt” / BURUNDI

BRUXELLES ( BELGIQUE), 27/03/2020 – Dr. GUINDJA DJAGUET KOURAN Pierre, Médecin – Biologiste, Belge originaire du TCHAD, PANAFRICANISTE, est Burundais, par l’enfant qu’il a eu avec une patriote du Burundi.

Dr. GUINDJA DJAGUET KOURAN Pierre a voulu répondre à quelques questions que des citoyens Africains en général et Barundi, en particulier se posent.

Le virus CORONA actuel s’appelle SARS-CoV-2. La maladie,elle, s’appelle COVID-19.

D’emblée,  voilà son postulat :

Le Coronavirus est le résultat d’un croisement de 2 virus. Ils ont été manipulés dans un laboratoire. Et ils sont aujourd’hui utilisés dans les attaques virales afin de diminuer les populations mondiales avec des effets rapides et limités.

Dr. GUINDJA DJAGUET KOURAN Pierre :

Il faut distinguer 2 choses :

1/ Le virus qui a une forme qui évolue par réplication. Il demande à l’organe qu’il attaque de le produire en autant de quantités. Le virus existe en 7 espèces différentes. Ils ont pour fonction de diminuer l’immunité au niveau de la défense de l’organisme. Ce virus est très vulnérable et disparaît aussi rapidement qu’il apparaît. C’est à dire dès l’organisme retrouve sa capacité de défense antigénique ( anticorps ).
Ainsi il ne résiste pas à une certaine température. A partir de 20° Celsius et au delà, le virus meurt qu’il soit naturel ou synthétique.  C’est le cas qui nous intéresse avec – le Coronavirus – .
Le Coronavirus ou virus SRAS-CoV-2 est le résultat du croisement de 2 autres virus synthétiques : le SRAS et le MERS. Qui ont été utilisés entre 2002 et 2003.

Ebola, la Rougeole, la Grippe Espagnole, le VIH SIDA, etc. Dans ces cas les antidotes ont été mis en place et ont permis de les traiter.

Si les Américains ont utilisé un virus au lieu d’une bactérie, tout s’entend bien car le résultat gravissime est mondiale sans exception.
Dans le cas qui nous intéresse, l’ASIE DU SUD et l’AFRIQUE sont hors danger :
Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de contaminations dans ces endroits du monde. La contamination signifiant être en contact avec le virus. Non !  Les voyageurs venus des pays tempérés arrivent en ASIE DU SUD ou en AFRIQUE avec le Coronavirus. Leur contact avec les personnes de ces 2 zones géographiques pourront contaminer les familles et les travailleurs des aéroports dans les espaces des aéroports.
Mais la température aidant l’infection reste nulle. Sauf si une personne contaminée souffre gravement au niveau des organes vitaux. Cet individu peut être infectée. Mais cela ne nécessite pas de faire paniquer la population.

Le boomerang d’infection dans les pays tempérés est bien calculé pour un nouvel ordre économique mondial car le capitalisme a échoué.   Il s’agit d’un problème géopolitique où “démographie” et “économie” se croisent et s’opposent.

2) La bactérie a une capacité de créer une enveloppe pour se protéger contre les antidotes. Cela la rend plus dangereuse et plus mortelle. Ainsi, elle peut résister à la température. La mutation d’une bactérie est plus dangereuse qu’une mutation virale. Qui ne peut pas se doubler ou se protéger sous forme de Kyste.
Le virus est formé d’ARN et la bactérie de l’ADN. L’action de ces acides aminés qui les compose est triviale. Ainsi un virus ne tue pas. Mais la personne infectée meurt des maladies graves concernant ses organes vitaux, l’obésité, ou le diabète. Car le virus lui aura diminué l’immunité de ses organes.
En bref, ce sont les maladies initiales qui tuent les patients concernés. Un virus ne résiste pas aux émulsifiants comme le savon. D’où se laver les mains plusieurs fois dans la journée permet de se débarrasser du Coronavirus.

SOURCES : NAHIMANA P. | Photo : kairoswb.com