La coalition gouvernementale Amizero y’Abarundi, à travers 25 de ses députés, qualifie la politique gouvernementale de contribution volontaire pour financer les élections de 2020 d’ANTICONSTITUTIONNELLE.

A Bujumbura, ce mercredi 17 janvier 2018,  25 députés du groupe parlementaire Amizero y’Abarundi, dont M. Agathon Rwasa, Premier Vice Président de l’Assemblée Nationale du Burundi, a annoncé “ne pas cautionner le processus de collecte de la contribution populaire pour organiser les élections de 2020, qui se fait ( selon eux ) en violation de la loi au Burundi“.

Pour ces députés, dont la formation politique est membre de la coalition gouvernementale burundaise avec  5  Ministres, explique que :  “l’ordonnance établissant cette contribution est anticonstitutionnelle, car la Constitution du Burundi établit en son article 70 que la solidarité nationale concerne les calamités naturelles, ce qui n’est pas le cas avec les élections“.

Plus précisément, dans la Constitution burundaise de mars 2005,  on parle de solidarité, et de solidarité nationale dans le préambule et les articles 71 et 267.


L’article 71 cité dit :  “L’Etat peut proclamer la solidarite de tous devant les charges qui résultent des calamites naturelles et nationales.

Dans la majorité, on regrette ce comportement désordonné et cette sortie tonitruante des partenaires gouvernementaux Amizero y’Abarundi …  La Coalition  Amizero y’Abarundi n’est pas la Cour Constitutionnelle pour décréter anticonstitutionnelle une politique gouvernementale de contribution volontaire en vue de financer entièrement, de manière souveraine, les prochaines élections démocratiques de 2020 au Burundi.

SOURCE : Ikiriho, Nahimana Pascal