Vers la démolition des constructions anarchiques sur le littoral du lac Tanganyika
La direction générale de l’environnement, des ressources en eau et de l’assainissement en compagnie des directeurs de départements et une équipe d’experts ont effectué une visite de travail jeudi 05 novembre 2020 sur le littoral du lac Tanganyika. Selon Jérémie Nkinahatemba directeur général de l’environnement, des ressources en eau et de l’assainissement, cette visite s’inscrit dans le cadre de faire respecter le code de l’eau promulgué le 26 mars 2012 qui, dans son article 5 stipule que :”font partie du domaine public hydraulique 150 mètres continental du littoral du lac Tanganyika “.

Le constat est que des acquéreurs ont dépassé les limites fixées à l’aide des bornes et construit des clôtures jusque dans l’eau du lac, alors que cette partie est du domaine hydraulique public. C’est dans cette perspective que l’équipe des experts multisectoriels a mis des croix sur des clôtures en durs ou en fils barbelés qui doivent être démolies par leurs propriétaires en vue de permettre l’accès libre et la vue des eaux du lac.

Dans le cadre d’élaborer un plan d’aménagement littoral, une équipe d’experts multisectoriels a été mise en place pour délimiter les aires à protéger, les places touristiques, les plages publiques ainsi qu’autres activités près du lac pour qu’enfin les occupations anarchiques prennent fin sur le littoral du lac Tanganyika.
Jérémie Nkinahatemba a indiqué que le ministère va d’abord continuer à vulgariser le code de l’eau puis analyser au cas par cas ces constructions sur le littoral du lac pour distinguer ceux qui sont en ordre de ceux qui ne le sont pas. Ceux qui auront transgressé la loi seront obligés de démolir leurs constructions pour se conformer au plan d’aménagement littoral, qui va tenir compte des aspects économiques, touristiques et environnementaux.

Jérémie Nkinahatemba a promis la rigueur avec ce plan d’aménagement littoral. Il a appelé la population en général à respecter le code de l’eau , à l’administration et aux forces de l’ordre à prêter mains fortes au ministère en charge de l’environnement pour faire cesser ces constructions qui continuent, alors que les acquéreurs ont reçu l’ordre d’arrêter de construire pendant cette période d’élaboration du plan d’aménagement littoral.

Jérémie Nkinahatemba a fait savoir qu’il faut que les gens comprennent que les plages du littoral sont des lieux publics. Et d’interpeller ces occupants qui ont construit jusque dans l’eau du lac à démolir ces murs en durs et ou fils barbelés qui empêchent aux gens de contempler la beauté du lac Tanganyika, sinon ils feront face à la rigueur de la loi, a conclu le directeur général Jérémie Nkinahatemba.

 
Par NKURUNZIZA Dieudonné