Sarkozy-Kadhafi: la fiction du «JDD»

Sous la plume de son directeur, Hervé Gattegno, le “Journal du dimanche” du 14 juillet 2019 affirme que l’affaire libyenne, dans laquelle Nicolas Sarkozy est triplement mis en examen, serait une machination orchestrée par Ziad Takieddine dont Mediapart se serait fait le relais. Parmi les nombreux oublis de cet article, le fait qu’il paraisse quelques jours après que l’ancien président de la République s’est opportunément désisté du procès qu’il voulait intenter à Mediapart pour avoir fait état du témoignage de M. Takieddine.

L’article principal d’Hervé Gattegno repose sur le témoignage d’un ancien éphémère employé de Ziad Takieddine, selon lequel l’intermédiaire serait la source, en 2012, de Mediapart dans l’obtention puis la publication d’une note libyenne, dont le JDD continue de dire que c’est un faux. 

Nous ne parlons jamais de nos sources, mais nous pouvons parler de celles qui ne le sont pas. Takieddine n’a, ni de près ni de loin, et à quelque moment que ce soit, rien à voir avec cette note libyenne, obtenue auprès des meilleures sources à l’étranger par Mediapart près d’un an après notre première enquête sur l’affaire titrée : « Sarkozy-Guéant : le grand soupçon libyen » (juillet 2011). 

Ziad Takieddine, parce que cité dans cette note, a été contacté par Mediapart seulement la veille de sa publication par respect du contradictoire. Comme Nicolas Sarkozy ou Brice Hortefeux, d’ailleurs. Il n’est pas inutile de rappeler que Ziad Takieddine a par la suite tiré à boulets rouges devant les magistrats sur cette note, ce qui serait cocasse pour celui qui en serait le falsificateur… 

Le récit auquel Hervé Gattegno donne du crédit relève ni plus ni moins de la fiction et n’est d’ailleurs soutenu par aucun élément concret ; en revanche, nous avons droit à un scénario digne d’un mauvais film : le témoin qui surprend Takieddine en train de brûler des documents, etc. 

La charge du JDD semble faire abstraction du fait que la justice, par trois fois, a fait litière des accusations de Nicolas Sarkozy sur cette note arguée de faux par l’ancien président. Selon les juges d’instruction, qui ont enquêté pendant plus de trois ans sur ce document, selon la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, qui a confirmé le non-lieu des juges, et selon la Cour de cassation, qui a validé l’intégralité de la procédure, cette note n’est ni un faux matériel ni un faux intellectuel. 

M. Gattegno, qui tente d’accréditer la thèse inverse depuis de longues années, d’abord dans les colonnes de Vanity Fair (avec, déjà, un faux témoin, Jomode Eli Getty Domy), essaie de gagner dans les colonnes de ses journaux la bataille que Nicolas Sarkozy a définitivement perdue devant les tribunaux. 

La date de publication des dernières œuvres d’Hervé Gattegno, proche de l’un des protagonistes de cette affaire, l’intermédiaire Alexandre Djouhri, est importante. L’article du JDD est diffusé quelques jours après l’annonce du désistement de Nicolas Sarkozy d’une procédure en diffamation contre Mediapart et Ziad Takieddine, ce qui montre la fébrilité de l’ex-chef de l’État face à cette affaire. Le JDD semble ainsi assurer la contrepartie médiatique d’une nouvelle capilotade judiciaire de M. Sarkozy. Personne ne peut en être dupe. 

Sur le fond du dossier, qui est toujours à l’instruction à Paris, il y a en revanche un fait concret : Nicolas Sarkozy refuse de répondre à la moindre question des juges, ainsi que l’avait rapporté Libération. C’est aussi le cas de Claude Guéant, son ancien bras droit. L’un comme l’autre sont actuellement multi-mis en examen dans ce dossier, notamment pour « corruption ».

Il faut aussi peut-être ajouter que, dans un habile tour de bonneteau éditorial, le JDD omet de parler de tous les faits établis qui complètent le puzzle de cette enquête, au point de constituer ces indices graves ou concordants pris en compte par les juges d’instruction chargés du dossier : le coffre-fort de Claude Guéant pendant la campagne présidentielle, les manuscrits de l’ex-dignitaire libyen noyé dans le Danube, les espèces de la campagne électorale sarkozyste de 2007, les sommes en argent liquide du diplomate Boris Boillon, les voyages incompréhensibles de Brice Hortefeux en Libye, l’appartement parisien de Guéant et ses liens avec l’intermédiaire Alexandre Djouhri, le fait que l’avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, a été aussi l’avocat de Senoussi, mis en cause par la justice antiterroriste française, des contreparties à la corruption présumée dont la visite officielle de Kadhafi en France après l’élection de 2007 fut la vitrine manifeste, etc. (retrouvez toutes ces informations dans notre dossier ici)

Nicolas Sarkozy a réagi dimanche matin 14 juillet aux articles du JDD par ce sobre cri de victoire : « Enfin la vérité ! » Sans commentaire.

Certes, nul ne sait jusqu’où ira la justice dans le dossier libyen, ouvert par les premières révélations de Mediapart à l’été 2011 et objet d’une instruction judiciaire depuis 2013. Son sort pénal est, précisément, l’affaire de la justice, et d’elle seule. Mediapart, de son côté, ne fait que son métier et continuera de le faire : informer, dans les règles du métier – vérifications et recoupements, diversité des sources, multiplicité des documents, patience minutieuse de l’’enquête, distance vis-à-vis de toutes les parties prenantes, respect du contradictoire, etc.

Le JDD et son directeur sont en droit de ne pas apprécier nos enquêtes et l’indépendance dont elles témoignent. Prétendre en revanche que notre journal ait pu participer à une obscure opération de déstabilisation politique est aussi délirant qu’incongru.

Post-scriptum : Acharné à défendre la cause de Nicolas Sarkozy dans l’affaire libyenne, le directeur du JDD a poursuivi Mediapart en diffamation en raison d’un article sur les réseaux médiatiques utilisés par le clan de l’ancien président de la République auquel il avait pu longuement répondre dans nos colonnes. Un jugement de première instance lui a donné raison, dont nous avons évidemment fait appel et qui n’est donc pas définitif.

Par