Si le Conseil de de Paix et de Sécurité devait envoyer une Mission de Prévention et de Protection, c’est au Rwanda, la source de la menace, qu’il devrait la déployer, et non sur le territoire burundais qui est bien protégé et défendu. La décision du CPS est contraire à la Résolution 2248(2015) du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Le gouvernement du Burundi reste ouvert à toute contribution qui respecte la souveraineté du peuple burundais, en accord avec l’Acte constitutif de l’Union Africaine et les autres instruments internationaux pertinents, comme la Charte des Nations Unies.

Le gouvernement du Burundi réaffirme son engagement à assurer un dialogue inter-burundais.

La suite:
lettre_burundi_ua.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.