Que veut Thiery Ndayishimiye après la crise au Burundi? Personne ne peut anticiper l’issue du scenario en cours pour la cas du Burundi. Qu’attend-il dudit “État Voyou” que ses acolytes sont en train de chercher à installer au Coeur de l’Afrique? Certains occidentaux écoutent avec une oreille attentive les lessiveurs de cerveaux, mais d’autres ont découvert le manège des sindumuja. Le président Obama n’aura pas derrière lui des compatriotes suivistes pour longtemps. Tous les responsables américains ne détestent pas le Burundi et ses dirigeants.

Obama, comme certains Européens avant lui, vient de prouver son instinct tribaliste en visant les “mauvais” dirigeants selon lui, trois sur quatre des visés par son décret sont hutu et un tutsi par accommodement ou équilibrisme, bon calcul pour ne pas être traité d’avoir un parti pris. Et pourtant … L’administration américaine et l’union européenne veulent remettre sous les projecteurs une minorité responsable de tous les problèmes qu’a connu le Burundi. Comprenez ici, une minorité dans la minorité; celle du clan hima qui a renversé la monarchie en 1966, celle qui a commis un génocide en 1972; le premier jamais connu dans la région des Grands Lacs africains au 20e siècle. Buyoya a toujours été considéré comme étant le “moins mauvais” par les Occidentaux. Ces derniers, seraient-ils en voie de vouloir lui remettre le pouvoir au Burundi? Ou encore remettre un pouvoir à un successeur imaginaire de Buyoya qui serait son dauphin inconnu!!! Chose sûre, dans leur plan machiavélique, il est prévu qu’il y aura un ou des gouvernements inclusif(s)piloté(s) par un fantôme imaginé par ceux qui veulent la tête de SE P” Nkurunziza.

Quelle place aura ce cher Ndayishimiye? Sera-t-il membre du gouvernement de cet “État voyou” qu’il a prédit? Ce bébé d’hier a-t-il connu les vrais États voyou sous les régimes Micombero, Bagaza et Buyoya!!! Comme d’autres serviteurs dévoués des néocolonialistes, il fait semblant d’être un élève discipliné, respectueux d’Obama et d’autres dupes. Nous savons qu’ils leur lècheront les pieds jusqu’à ce qu’ils arrivent à leur fin qui n’est rien d’autre que l’usurpation du pouvoir. Aussi longtemps que leurs suppôts hutu leur serviront de paravent, ils n’arrêteront pas de trahir la nation.
Thiry prétend que la “Maison Blanche ne pourrait pas tolérer…” je ne sais quoi encore… Apparemment, il est fier que la Maison Blanche ait déjà toléré le génocide commis contre les hutu à maintes reprises, qu’elle est acquise à la cause des sindumuja, … qu’elle est prête à débarquer démanteler le système DD, …

Il est toujours difficile de causer ou discuter avec une personne de mauvaise foi. Je me demande si les Barundi, nous lisons les mêmes textes de la constitution burundaise.
La Maison Blanche démasquera les faussaires de l’histoire du Burundi avant qu’ils ne mettent à exécution totale leur plan de réédition d’un autre génocide contre les Hutu. L’aigle américain dont parle Thiery trouvera son cousin burundais qui l’attend. S’entre-déchireront, je ne pense pas. Malgré l’intoxication des sindumuja, ils se reconnaîtront dans leur animalité ou leur humanité et ne se feront aucun mal. La mort dans l’âme, Thiery et ses amis sindumuja iront paître ailleurs et noyer leur chagrin en enfer.
Sorcier burundais, Ndayishimiye sait anticiper ce que feront les autres suppôts des sindumuja européens. Son rêve est devoir Obama faire au Burundi ce que ses prédécesseurs ont fait ailleurs, comme au Panama, enlever un chef d’État aller l’incarcérer chez eux ou l’envoyer à la Haye. Se substituant à l’Histoire burundaise contemporaine, il réhabilite déjà les putschistes du 13 mai 2015. Plaiderait-il aussi pour la réhabilitation de Michel Michombero, assassin du roi Ntare V et des milliers de Hutu en 1972 surtout? J’ai l’impression qu’il ignore ce que veut dire le mot “référendum”. C’est comme s’il existait pour lui un référendum international sous le mot “diaspora”!!!et qu’au Burundi, le baromètre se situe dans quatre quartiers de la capitale.
Nous avons encore du chemin à faire.

Alexis Kiboko