Rapport sur les constructions anarchiques en mairie de Bujumbura

Sous l’égide de Révérien Ndikuriyo, président de la Chambre haute du parlement, la Commission permanente chargée des questions institutionnelles, juridiques des droits et libertés fondamentaux et celle chargée des questions économiques, de l’environnent, des finances et du budget ont présenté aux sénateurs, le lundi 24 septembre 2018, le rapport sur la problématique des constructions anarchiques en mairie de Bujumbura. C’est dans le but de bien organiser la capitale pour les générations présentes et futures.

Dans son mot introductif, le président du Sénat a indiqué que ce rapport est produit dans le but de bien organiser la capitale pour les générations présentes et futures. Le président de la Commission permanente chargée des questions institutionnelles, juridiques des droits et libertés fondamentaux, Martin Ninteretse a informé que l’objectif de l’enquête sur terrain était de vérifier que les terrains destinés à l’aménagement des espaces verts et aux infrastructures sociales et communautaires ne sont pas exploités pour d’autres fins. Il a ajouté que ladite Commission s’est en plus informée sur les constructions érigées dans le périmètre de la station d’épuration de Buterere.Concernant la station d’épuration des eaux usées de Buterere, M. Ninteretse a indiqué que plusieurs constructions y ont été érigées alors que les propriétaires de ce terrain de 64 ha ont été indemnisés. Ces maisons présentent un danger public pour la population qui y vit. Etant donné qu’il y a des occupants qui disposent de quelques documents établis par les autorités, le Sénat a recommandé au gouvernement de faire une analyse minutieuse et de prendre des mesures appropriées afin que le fonctionnement de cette station ne soit pas perturbé. Pour ceux qui ne disposent d’aucun document, le Sénat recommande au gouvernement de prendre des mesures qui s’imposent à leur égard pour que l’Etat soit rétabli dans ses droits. Le Sénat a ainsi proposé au gouvernement une étude de faisabilité d’un projet de production de biogaz à cette station. A cet effet, le Sénat recommande au gouvernement d’infliger des sanctions aux personnes qui se sont arrogées le droit de vendre ou d’attribuer les parcelles appartenant à l’Etat.

Prendre les mesures draconiennes contre les commissionnaires qui vendent les biens et les terres de l’Etat

Selon la président de la Commission chargée des questions économiques, de l’environnent, des finances et du budget, Immaculée Ndabaneze, dans la zone Maramvya, des mouvements de commissionnaires se sont formés pour vendre, et les biens des individus, et les terres de l’Etat au vu et au su de tout le monde. Mme Ndabaneze a signalé que les administratifs sont soit dépassés, soit corrompus soit complices. Face à cette situation, le Sénat recommande au ministère ayant en charge l’aménagement du territoire d’identifier et délimiter toutes les réserves domaniales de Mararamvya et interdire immédiatement toute activité non agricole. Prendre les mesures draconiennes à l’endroit des commissionnaires qui travaillent sous la bénédiction de l’administration. Quant à Mme Ndabaneze, diverses constructions dans différents espaces verts et zones tampons de la municipalité des Bujumbura doivent être démolies pour le bien- être de la ville. Ce rapport était présenté en présence du ministre de l’Intérieur, de la formation patriotique et du développement local, Pascal Barandagiye, celui de la Sécurité publique et de gestion des catastrophes, commissaire de police chef Alain Guillaume Bunyoni, celui des Transports, des travaux publics, équipement et aménagement du territoire, Jean Bosco Ntunzwenimana, celui de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, Deo Guide Rurema ainsi que celui de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines, Côme Manirakiza, qui s’impliqueront dans la remise en ordre des choses.

Ezéchiel Misigaro, http://www.ppbdi.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.