Pour le Cndd-Fdd, Samantha Power n’est pas la bienvenue au Burundi
Diplomatie

@rib News, 07/04/2014

La visite au Burundide l’Ambassadeur des Etats Unis auprès des Nations Unies, Mme Samantha Power, gène le régime de Bujumbura, selon des informations des coulisses relayées d’ailleurs depuis ce lundi par certains médias proches du pouvoir.

Un membre influent du parti présidentiel CNDD-FDD s’est montré inquiet par l’annonce de la visite de cet ambassadeur qui connait bien le Burundi. « Le régime en place n’est pas aimé par les américains ou les occidentaux. Au moins la Chine », dit-il.

Cette inquiétude a été vite confirmée par un message posté sur le site Nyabusorongo proche des services secrets burundais.

Sur ce site on peut lire : « Le Burundi reste incompris et sa détermination à se consolider reste ignorée. Et cela n’est pas le fruit du hasard. Certaines personnes de l’intérieur et de l’extérieur s’activent à saper le processus de paix et de démocratisation de ses institutions, par une vaste campagne de médisance. Parmi ces personnes figure Mme Samantha Power, une ancienne compagne de Alexis Sinduhije ».

Selon les coulisses du CNDD-FDD, le grand reproche fait à cette ancienne journaliste reconvertie en politique, c’est qu’elle a aidé à la création de la radio publique africaine (RPA), l’une des trois stations privées de la capitale qui monopolisent l’écoute surtout en période des informations, comme le confirment des séries d’études faites en matière.

Ambassadeur Power avait écrit sur son compte Twitter que le Burundi devrait plutôt respecter les droits de l’Homme malgré ses exploits en mission de paix en Somalie ou Centrafrique.

« Le Burundi a récemment envoyé des troupes en Centrafrique (ce qui est beau), mais doit aussi respecter les droits de l’homme à la maison », avait écrit Mme Power.

Ce twit a provoqué des agitations dans les milieux proches du pouvoir selon ce qu’on a pu observer les jours qui ont suivi.

Selon les milieux proches du CNDD-FDD, c’est cette femme qui est derrière les manifestations récentes au Burundi, le 8 mars dernier dans la ville de Bujumbura. Le pouvoir l’accuse aussi de collaborer avec d’autres étrangers pour préparer des manifestations à travers le monde. Elle est aussi accusée de faire des commandes d’articles dans les médias étrangers pour « salir l’image du Burundi », alors que le pays participe dans plusieurs missions de paix dans le monde comme la Somalie, la Centrafrique, le Soudan et autres.

Selon un communiqué du Département d’Etat américain, l’Ambassadrice américaine visite le Burundi parce qu’il y a des « signes inquiétants de l’exclusion ethnique et d’oppression émergent ».

L’Ambassadeur Power rencontrera le président Nkurunziza, d’autres représentants du Gouvernement, les étudiants et les dirigeants de la société civile pour discuter de la façon de prévenir le pays de retourner en arrière par rapport aux progrès réalisés depuis la fin de la guerre civile en 2005. [JMM]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.