Le président ougandais Yoweri Museveni, désigné nouveau médiateur dans la crise politique burundaise par les pays de la région, est attendu mardi à Bujumbura, a-t-on appris lundi de source présidentielle burundaise.

Le président ougandais a déjà été précédé par une centaine de militaires censés assurer sa protection et arrivés à bord de deux avions, a précisé la même source.

La communauté est-africaine (EAC) a désigné la semaine dernière Yoweri Museveni comme médiateur pour tenter de dénouer la crise qui secoue le Burundi depuis l’officialisation fin avril de la candidature du président burundais Pierre Nkurunziza à un troisième mandat jugé anticonstitutionnel par l’opposition.

Face à la pression de l’EAC, qui réclamait comme la quasi-totalité de la communauté internationale un report de la présidentielle, Bujumbura a accepté de déplacer, le scrutin du 15 au 21 juillet.

Yoweri Museveni aura donc une semaine à peine pour tenter de rapprocher les points de vue. Une tâche qui s’annonce d’autant plus difficile que l’opposition a déjà affirmé ne pas vouloir de sa médiation.

L’investiture de Nkurunziza pour la présidentielle a déclenché un mouvement de contestation populaire violemment réprimé par la police, puis une tentative avortée de coup d’Etat mi-mai.