Le leader du mouvement insurrectionnel violent vient d’annoncer avec des mots très explicites le début de sa lutte armée sur son compte facebook : « Chers manifestants, chers citoyens, nous sommes au bout de notre trêve de deux jours…. Il n’y a plus de doute, l’échec de la résistance pacifique signifiera le début d’une autre guerre civile ». Pacifique Nininahazwe via facebook

Les dés sont maintenant jetés, la phase armée est annoncée cette sortie médiatique était présumée vue la trajectoire du mouvement insurrectionnel, les masques tombent petit à petit et on peut supposer qu’on n’est qu’au début de nos surprises. On se demande comment il va au niveau de la justification étique se métamorphoser du militant des droit de l’homme alias société civile en seigneur de guerre ? On peut jusque maintenant s’imaginer que l’organisation du mouvement insurrectionnel violent aura été une bonne expérimentation pratique mais mener une guerre en tant que commandant des insurgés est, n’en pas douté, un cran au-dessus quant à la complexité de la tâche , j’ai comme l’impression qu’il s’agit d’une autre paire de manches. Mais fin stratège qu’il est, sûrement qu’il a déjà penser à tout cela. Attendons voir.

Rien ne sert de courir il faut partir à point, nous disait Jean de la Fontaine dans sa fable « le Lièvre et la Tortue », le 5 juin 2015 Mr Nininahazwe déclarait qu’ils (lui et les siens) célébraient leur première grande victoire à savoir, l’échec de l’organisation des législatives et des communales, ce fût donc une bonne expérimentation tactique, maîtriser le temps. Possibles que les indicateurs lui permettant d’évaluer ses actions en est le seul à les posséder et à les faire varier mais on peut tomber d’accord qu’il s’en tient toujours à son calendrier étape après étape, il n’est pas pressé.

Il promet qu’il va allumer le grand feu, c’est fini le temps des feux follets à base de pneus. C’est la grosse artillerie avec de gros moyens qu’il envisage la suite des événements avec calme et sérénité. Devons-nous déjà commencer à trembler ? En tout cas, sans hésitation il parle d’une guerre civile qui va bientôt suivre comme une suite logique planifiée de longues dates, point d’improvisation.

Ceux qui gobaient les fallacieux prétextes du refus de la candidature aux élections présidentielle de Mr Nkurunziza Pierre devraient commencer à reconsidérer leur position, à moins qu’ils soient eux aussi, dans les plans du futur commandant des insurgés.
Minani Pontien