Ministre de la Défense : « Il ne faut pas trop fréquenter les bars pour éviter des actes ignobles »
Après trois assassinats prémédités en moins d’un mois, commis par des militaires dont un officier, tous sous l’effet de l’alcool, le ministre burundais de la Défense appelle ses hommes à plus de discipline et au respect de la déontologie et de l’éthique.

L’Ir Alain Tribert Mutabazi a qualifié ces forfaits perpétrés ces derniers jours par des militaires d’actes ignobles et barbares. Tous ces meurtres ont un dénominateur commun : des disputes après un verre de trop.

Le ministre Mutabazi le reconnaît et avoue qu’il peut y avoir dans l’armée, des cas d’indiscipline, ’’ce qui entache tout ce corps’’: « Dans toutes ces bavures, il y a l’effet de l’alcool et tous ces militaires fautifs ont été arrêtés et jugées en flagrance conformément à la loi par des instances habilitées ».

Dans une buvette située au chef-lieu de la province de Muyinga, c’est un administratif à la base qui a perdu la vie dans la nuit du 7 avril, abattu à bout portant par un militaire suite à une dispute qui a éclaté entre ce dernier et un client venu étancher leur soif.

Après avoir été tabassé, ce militaire du camp de Mukoni est allé récupérer son arme dans la caserne. Mais quand il est revenu, son agresseur était déjà parti et il s’en est pris à cette autorité venue s’enquérir de la situation après avoir entendu des coups de feu.

Et bien avant cette bavure, un autre meurtre commis cette fois-ci par un officier de l’armée à Kinanira II au bar Ku Mucamo dans la nuit du 31 mars au 1 avril. Ce dernier qui insistait pour avoir une bière a également tiré à bout portant sur un serveur. Il se faisait tard et ce bar avait déjà fermé.

Et en date du 13 avril vers 20 heures et demie, à Buringa, en commune Gihanga de la province Bubanza, suite une dispute pour une carte mémoire, un caporal-chef du 212ème Bataillon Commando, à la gâchette facile, a sorti son kalachnikov et a tué par balle un cabaretier.

Il y avait mésentente concernant cet accessoire de téléphone mobile vendu par ce militaire qui a choisi la manière forte pour régler la question une fois pour toute. Il a failli se faire lyncher par la foule.

« Il faut que le commandement soit aux côtés de leurs hommes, soit à leur écoute pour connaître leurs problèmes lors des séances de causerie morale», a appelé le ministre burundais de la Défense.

L’Ir Alain Tribert Mutabazi a demandé à tous les militaires de faire preuve de discipline et de respecter l’éthique et la déontologie : « Il ne faut pas trop fréquenter les bars, il faut, dans la mesure du possible, les éviter ».

Mais le ministre de la Défense a tenu à nuancer ses propos : « Malgré ces quelques dérapages, notre corps compte beaucoup d’hommes et il peut arriver qu’un ou deux voire trois individus commettent des forfaits. Mais notre armée est disciplinée et professionnelle, elle est bien perçue tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays dans différentes missions de maintien de la paix ».

Et d’interpeller les aumôniers militaires pour qu’ils apportent leur contribution : «Il faut qu’ils nous aident à prier pour que de tels actes ne puissent plus se reproduire », a-t-il imploré.

Par (Iwacu)