MEAE: des innovations pour augmenter la production

Des champs modernes et l’élevage moderne des poules et des porcs doivent être désormais entretenus dans chaque province pour servir de modèle aux agri-éleveurs de la région.

Cette déclaration a été faite par le ministre de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage dans une réunion qu’il a organisée à Gitega mardi 28 juillet 2020, à l’intention des responsables des bureaux provinciaux de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage (BPAE) et des agronomes et vétérinaires communaux pour leur faire part des innovations qui vont être apportées dans ce ministère pour augmenter la production.

Au cours de cette réunion, le ministre Déo Guide Rurema a tenu à expliquer aux participants ce que c’est que le “Gouvernement Mvyeyi” et le “Gouvernement Nkozi”. Selon le ministre, le Gouvernement actuel est appelé “Mvyeyi” parce qu’il s’est chargé de veiller au bien-être de la population. Il est qualifié de “Nkozi” parce qu’il doit désormais quitter les bureaux pour regagner la population sur terrain dans les activités de production.

Par la même occasion, le ministre a informé les responsables des BPAE, les agronomes et vétérinaires communaux qu’ils doivent s’aligner sur un commandement unique et que le rôle de chacun sera évalué dans sa mission d’augmenter, conserver et transformer la production.

Il a saisi cette opportunité pour informer les participants que les coopératives sont désormais les noyaux d’opérationnalisation de la production. Pour le ministre, c’est dans les coopératives que les producteurs vont trouver à temps les fertilisants et les semences de bonne qualité.

Déo Guide Rurema a interpellé les responsables des directions des bureaux provinciaux de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage, et leur a demandé avec instance d’instaurer dans leurs entités respectives des centres de rayonnement, c’est-à-dire des champs modernes d’au moins 10 ha et l’élevage moderne de 2 mille poules et 2 mille porcs par province pour servir de modèle aux agri-éleveurs de la région.

Pour terminer, le ministre de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage a annoncé la perspective de mettre en place des centres communaux d’agri-élevage où il y aura dans chaque centre un agronome, un vétérinaire, un pharmacien et un coordinateur pour permettre aux demandeurs de leurs services de savoir à qui et où s’adresser.

Par NYANDWI Dieudonné