Matongo: 5000 hectares de maïs hybrides en passe d’être cultivés

Le Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage Déo Guide Rurema en compagnie des chefs de projets œuvrant dans l’agro-élevage, a effectué lundi 24 décembre 2018, une descente dans les marais d’Inamvuvu dans la commune de Matongo en province de Kayanza. Objectif: échange d’expériences avec la population locale regroupée en associations, qui a pu cultiver 76 hectares de maïs hybrides.

Selon le Gouverneur de la province de Kayanza Anicet NDAYIZEYE, ce projet a commencé en 2017. Depuis la première récolte, a-t-il poursuivi, la production a été bonne. « Nous comptons cultiver dans toute la province 493 ha de maïs et nous souhaitons que pour la rotation des cultures, le marais d’Inamvuvu héberge le haricot grimpant », a souligné le Gouverneur de Kayanza.Ir Jean Paul Bitoga, coordinateur du Projet de développement des filières PRODEFI, a remercié l’administration de Kayanza ainsi que les techniciens dans le domaine de l’agri-élevage, qui ont aidé et supervisé la population bénéficiaire dans l’accomplissement de cette tâche.

Ir Jean Paul Bitoga a fait savoir que la réussite de cette population est liée à la disponibilité à temps par le PRODEFI des intrants agricoles comme les semences, les pesticides ainsi que les engrais chimiques.

Il a exprimé sa gratitude envers les agriculteurs regroupés en associations qui ont bien suivi les conseils et les consignes des techniciens agricoles comme le le labour et le semis effectués en même temps, ce qui fait que la floraison et la récolte se poursuivent sans décalage.

Le Ministre Déo Guide Rurema a indiqué que partout dans le pays, la récolte est bonne et souhaite qu’avec la saison prochaine, les champs modèles de maïs pourraient avoisiner 5000 ha et demande à tous les agriculteurs de se regrouper en associations.

Le Ministre Déo Guide Rurema a précisé que les bons projets existent au sein de son ministère mais ne sont pas tous mis en exécution. Il a félicité les partenaires qui soutiennent les priorités du Gouvernement dans la lutte contre la faim et la pauvreté.

Il a souligné que les partenaires vont encore une fois disponibliser des intrants agricoles pour qu’au final, ils puissent mettre en place des unités d’irrigation, de transformation et de commercialisation.

Pour l’efficacité de cette politique de lutte contre la faim et la pauvreté, Déo Guide Rurema demande aux partenaires de tracer les courbes de niveaux parce que selon lui, cette politique d’intensification des cultures spécialisées va se faire dans les terroirs des collines.

Par NDARIBAZE Jean Marie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.