Trois policiers de l’Unité d’appui à la protection des institutions (API° en tenue civile qui se rendaient à Kamenge en provenance du camp API se sont heurtés à un groupe commission_chargee_d_enqueter_sur_les_differents_actes_reprehensibles_par_la_loi_penale_commis_en_date_du_13_octobre_2015_dans_la_zone_ngagara_en_commune_ntahangwa.pdfde jeunes gens au quartier III à Ngagara qui les ont arrêtés, tuant un d’entre eux et blessant grièvement un autre. Le troisième policier a pu s’échapper de ces malfaiteurs, mais il a été blessé par des éclats de grenades.

Après cet acte, il y a eu des morts et des blessés parmi les civils.

Les coups de feu tirés ont fait qu’une foule de personnes arrive sur le terrain de l’école primaire du quartier III à Ngagara. Feu Nkezabahizi est arrivé sur le lieu et a pris des images de la scène avec une caméra tandis que les autres prenaient les images avec des téléphones portables numériques.

A la vue de cet homme en possession d’une caméra, un jeune du nom de Jolis a ordonné qu’il soit écarté du lieu et a juré de le poursuivre pour lui retirer son appareil.

Après quelques temps, le Commandant de la 3ème GMIR, accompagné de son adjoint avec d’autres agents de l’unité de l’API sont intervenus au lieu du crime.

Ces derniers ont été accueillis par plusieurs coups de feu et de jets de grenades de la part de Jolis et sa bande de jeunes délinquants.

Au cours des échanges de tirs, les jeunes ont pris fuite passant par le domicile du cameraman de la RTNB Nkezabahizi. Au fait ces jeunes délinquants craignaient que le cameraman puisse divulguer ces images sur les écrans de la télévision nationale.

Feu Nkezabahizi et sa famille ont été tués par ces jeunes délinquants au moment où ils voulaient récupérer de force lesdites images.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.