Le MDPHASG recadre les interventions des ONGs sous tutelle

Le ministre des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre, M. Martin Nivybandi a réuni à Bujumbura, mardi 25 juin 2019, les organisations du système des Nations-Unies, les ONGs internationales et locales ainsi que les organisations de la société civile pour échanger sur les voies et moyens d’améliorer l’état de collaboration entre le ministère et ses partenaires.

Au cours de cette réunion, le Ministre Nivyabandi a annoncé clairement que le niveau et la qualité d’intervention de ces organisations ne sont pas très satisfaisants et méritent d’être améliorés.

Il a expliqué qu’il se manifeste un problème de coordination sur terrain où on trouve plusieurs partenaires avec un même objectif, parfois avec des moyens envers les mêmes bénéficiaires, ce qui cause, selon le Ministre une perte de moyens et une perte d’efficience en termes d’informations.

Le Ministre en charge des droits de l’homme a également fait remarquer qu’il s’observe des planifications qui ne cadrent pas avec celles du ministère de tutelle.

“Dans de telles conditions le ministère ne parvient pas à savoir quel est l’état des réalisations dans tel ou tel autre domaine”, a indiqué le Ministre, déclarant que le ministère n’est pas du tout content avec cet état de fait. Il a saisi cette occasion pour demander aux partenaires de son ministère d’harmoniser leurs planifications à celles du Plan National de Développement pour une coopération plus fructueuse.

Martin Nivyabandi a souligné son désaccord avec les organisations qui ont tendance à vouloir se concentrer dans une même région, ou qui veulent sortir de leurs zones d’intervention pour intervenir dans d’autres zones pour telle ou telle autre raison.

Le Ministre à aussi insisté sur la production des rapports. Il a rappelé aux responsables des organisations présents dans ces assises que les partenaires engagés à soutenir le pays dans un domaine donné doit fournir un rapport au ministère de tutelle.

Le Ministre en charge des droits de l’homme a aussi fait part de sa déception de voir des organisations qui mettent beaucoup d’efforts dans l’organisation des ateliers ou séminaires au lieu d’exprimer l’engouement de promouvoir le développement socioéconomique de la population surtout celle qui est vulnérable.

Le Ministre Nivyabandi a exprimé le souhait de retrouver les différents partenaires du ministère en charge des droits de l’homme sur terrain dans des opérations qui mettent en avant le développement socioéconomique des ménages.

Martin Nivyabandi a annoncé à ses invités que son ministère va désormais mettre un accent particulier sur l’évaluation de l’impact sur terrain au lieu de l’évaluation au niveau des rapports, d’ateliers ou des séminaires.

Par NYANDWI Dieudonné