Bujumbura rejette la coercition de la médiation. Une médiation par définition écoute les parties, puis fait la synthèse des idées exprimées. Elle ne décide pas à leur place. Le gouvernement a raison de rejeter un calendrier lui imposé. Le transfert à Arusha se justifie certainement par le fait que Museveni a d’autres urgences, dont sa campagne électorale. Mais c’est une arme à double tranchant. Symboliquement Arusha2 peut signer la mort de Arusha 1, et ouvrir l’autoroute au conflit ethnique, que le Burundi avait déjà résolu.rejetjanv6-2.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.