Le chef de l’Etat demande aux Burundais d’éviter de trahir leur pays

Le chef de l’Etat burundais, M. Pierre Nkurunziza (photo : débout à droite), a animé vendredi le 17 mai 2019, en commune Nyabiraba de la province Bujumbura (ouest du Burundi), la troisième séance de moralisation à l’intention des natifs et différents responsables œuvrant dans cette province.

Le porte-parole du président de la République, M. Jean Claude Karerwa Ndenzako a, à la sortie de la séance, signalé que deux conseillers principaux du président de la République ont donné des enseignements préliminaires sur l’impérialisme, les visées impérialistes et la civilisation burundaise.

C’est à partir de ces séances préliminaires que le président Nkurunziza a embrayé pour continuer sur les chapitres parcourus lors des deux séances précédentes, a dit M. Karerwa.
Selon lui, le chef de l’Etat a fait un plaidoyer sur l’amour patriotique sans faille et sans reproche qui doit caractériser tous les Burundais. Il a exhorté ces derniers à toujours penser à leur pays, à aller au-delà du patriotisme, placer leur pays avant tout et manifester un amour éternel et désintéressé, qui va au-delà d’un amour matérialiste, a insisté le porte-parole du président de la République.

Selon le chef de l’Etat, les Burundais doivent désormais comprendre que Dieu est à leur côté comme il l’a toujours fait pour nos ancêtres et qu’en revanche, ils doivent accomplir la volonté de Dieu et marcher dans la droiture pour exhausser leurs prières.

Les Burundais doivent ainsi comprendre qu’ils doivent constamment être au service de leur Dieu et de leur patrie, a lancé à la presse M. Karerwa, soulignant que le président de la République a, pour terminer, invité les natifs de Bujumbura mais aussi les Burundais en général à essayer de s’adapter au temps, aux conjonctures et aux circonstances, tout en essayant de transcender les conjonctures et comprendre que les temps changent, que le Burundi d’aujourd’hui diffère du Burundi d’hier et qu’il différera certes de celui de demain. Ils doivent préparer un Burundi de demain meilleur qu’ils doivent léguer aux générations futures.

Le chef de l’Etat a également invité les Burundais à se garder d’être infiltrés par les forces du mal qui rôdent autour du Burundi, avec des enseignements divisionnistes et des visées impérialistes. Ils doivent tout faire pour que ces forces ne s’accaparent de leur richesse.

Le chef de l’Etat demande aux Burundais d’éviter de trahir leur pays car, a-t-il souligné, quiconque a trahi son pays a connu des malheurs dans sa vie future.

Home