Le président burundais, Pierre Nkurunziza, a recommandé mercredi soir à ses homologues de la Communauté de l’Afrique de l’Est/East african community (CAE/EAC) d’user de sagesse dans leur projet de repenser l’Accord de partenariat économique avec l’Union Européenne (UE).

Le président burundais, lors d’une rencontre avec le vice-président kenyan William Samoei Arap Ruto, porteur d’un message du président kenyan Uhuru Kenyata, a indiqué que pour les accords reliant l’EAC et l’UE, “il faut un peu plus de temps et un peu plus de sagesse pour éviter des chevauchements étant donné qu’ils concernent bel et bien les pays sur le plan individuel que les pays du point de vue de la communauté”, a indiqué à la presse le porte-parole adjoint à la présidence, Jean Claude Karerwa Ndenzako.

Le vice-président kenyan a en effet transmis au président burundais les desiderata du dernier Sommet des chefs d’Etats de l’EAC de repenser lesdits accords dans le sens de les renégocier autrement en tant que bloc et non en tant que pays pris individuellement.

“C’est pour que nous puissions mieux les négocier en tant que bloc et non individuellement et ainsi les signer en tant que 150 millions d’habitants. Comme ça nous pourrons en tirer plus de bénéfice et éviter d’être pénalisé individuellement”, a expliqué à la presse M. Ruto, peu avant son départ de Bujumbura après une courte visite de quelques heures au Burundi.

La Communauté Est-Africaine est composée de six pays à savoir le Burundi, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, le Soudan du Sud et la Tanzanie.

@rib News, 15/07/2016 – Source Xinhua