La ville de Ngozi souffle ses 100 bougies

Fondée en 1920, la ville de Ngozi a soufflé ses 100 bougies ce samedi 29 février 2020. Les festivités marquant la célébration du centenaire de la ville de Ngozi ont été rehaussées par la présence du ministre en charge des finances Domitien Ndihokubwayo qui a représenté le Gouvernement. Selon le ministre, le gouvernement salue les efforts des autorités et de la population de cette province en matière de développement socio-économique.

Au menu des cérémonies, c’était l’exaltation des marques emblématiques de la ville de Ngozi comme le mythe d’Inarunyonga et Samandari, des personnages légendaires des temps anciens dont Ngozi doit sa renommée dans le tourisme.

Dans son mot de bienvenue, l’administrateur de Ngozi Songambere Radjabu a indiqué que Ngozi est un nom swahili qui désigne la peau, précisant que cette ville a été créée par le commerce des peaux en 1920.

Dans son mot de circonstance, le Gouverneur de Ngozi, Albert Nduwimana a indiqué que le stade du développement socio-économique de cette ville est satisfaisant. Albert Nduwimana a fait savoir que la ville de Ngozi compte actuellement des infrastructures publiques de qualité notamment des routes propres, des marchés modernes, des hôtels haut standing, de l’énergie solaire et plusieurs usines et unités de transformation des produits agro-alimentaires.

Selon Albert Nduwimana, la ville de Ngozi compte également plus de 150 opérateurs économiques qui importent plusieurs articles en provenance de plusieurs pays étrangers. Il a expliqué que la ville de Ngozi est devenue désormais un centre d’approvisionnement pour le reste du pays au point de lui prêter le nom de Dubaï.

La ville de Ngozi étant perçue comme une ville commerciale, Madame Annonciate Sendazirasa, experte en économie et native de la province a présenté au public les opportunités d’affaires dont regorge la province de Ngozi.

Prenant la parole, le ministre en charge des finances Domitien Ndihokubwayo, natif de la province Ngozi et qui était le délégué du gouvernement dans ces cérémonies a indiqué que le gouvernement du Burundi félicite les ressortissants de Ngozi pour les 100 ans d’existence de leur ville. Il a fait savoir également que l’Etat du Burundi salue le stade de développement atteint par cette province.

Domitien Ndihokubwayo a rappelé que la ville de Ngozi porte le nom de « flamme éternelle » par ce que la province de Ngozi a été la première à cultiver le café, principale source de revenus en devises pour le pays. Il a ajouté que c’est la ville de Ngozi qui a accueilli en 1958, le premier match international sur le sol burundais.

« C’est aussi en ville de Ngozi que l’hymne nationale a été enseigné pour la première fois au Burundi. C’est également cette province qui a vu naître le célèbre chanteur-musiciens Canjo Hamissi qui chantait des chansons en honneur du pays”, a lancé le ministre.

La célébration du centenaire de la ville de Ngozi a été aussi l’occasion de rendre hommage aux personnalités natives de Ngozi qui ont contribué remarquablement à son développement. Au nombre de ceux qui ont été primés figure en premier lieu le chef de l’Etat Pierre Nkurunziza considéré à Ngozi comme le guide du développement de cette province.

Plusieurs dignitaires natifs de Ngozi avaient aussi rehaussé de leur présence ces cérémonies. Nous citerons les députés et sénateurs élus dans la circonscription de Ngozi, certains membres du gouvernement et autres invités de marque comme les membres du corps diplomatique et consulaire accrédités au Burundi, les hauts responsables religieux etc.

Par NYANDWI Dieudonné