La Première Dame a participé à une séance de réflexion organisée par Mme Michelle Obama

S.E. Madame Denise Nkurunziza, Première Dame du Burundi a mercredi participé à une séance de réflexion organisée en faveur des Premières Dames africaines dans les enceintes de John F. Kennedy Center à Washington DC., par l’Epouse du numéro Un américain Mme Michelle Obama, sous le thème “investissons dans notre futur.”

Au cours de ladite séance qui a réuni plus de vingt cinq Premières Dames et une multitude des femmes leaders professionnelles et entrepreneurs dans la semaine du Sommet Etat unis – Afrique, Mme Obama a rappelé à ses homologues que la jeune génération attend son secours de nous. “Les jeunes nous fixent les yeux en attente de nouvelles solutions à leurs problèmes.”

“Les femmes sommes capables. Avec l’aide de nos maris, nous avons tout le potentiel d’inspirer et transformer des millions de personnes dans le monde. Les jeunes m’ont demandé de vous inviter à bien vouloir penser à eux,” a déclaré Mme Obama en reconnaissance et appréciation des œuvres louables de Mme Laura Bush et d’autres femmes qui s’investissent corps et âme défendant la cause de la femme.

“Il n’y plus de garantie que nous restions premières Dames et continuer à organiser de telles conférences ; c’est pour cette raison que nous devons travailler énergiquement dans la promotion du bien être des générations futures,” telle était l’interpellation de Michelle Obama à ses collègues africaines leurs informant que le monde compte à peu près soixante million d’enfants non scolarisés, avec plus de trente millions dont la majorité sont des filles en Afrique subsaharienne.

Dans toutes les interventions avancées pendant cette rencontre, tous les orateurs ont bien partagé la conviction que le leadership n’est pas une affaire d’occuper de grands postes, mais plutôt d’aider les peuples à trouver des solutions durables à leurs problèmes.

Monsieur Georges W. Bush, ex-président des Etats unis d’Amérique a quant à lui révélé aux participants que motiver les maris à participer dans la promotion de l’émancipation de la femme, est la meilleure façon de maintenir le pouvoir. “Nous ne pouvons pas développer le monde sans la participation des femmes,” a-t-il conclu.