Ce 21 juillet 2015, la population burundaise est en train de s’exprimer pour désigner le prochain Président de la République du Burundi. Cela se passe dans un calme remarquable malgré les tentatives de déstabilisation vaines, les intimidations et les actions violentes que certains opposants radicaux aidés par des milieux néocoloniaux ont utilisé pour imposer à l’électorat burundais un gouvernement inique de transition.

La détermination de la Population burundaise à se doter d’institutions démocratiquement élues, coupe l’herbe sous les pieds de ces fossoyeurs de la vérité. Les campagnes menés par des media français d’intoxication propageant les contre vérités sur le Burundi, noircissant gratuitement le processus électoral en cours, couvrant les attaques armées sur le territoire national, passant sous silence l’enrôlement des enfants soldats par les leaders de l’opposition radicale dans ces actes de guerre, etc… auront renforcé la vigilance des Burundais et surtout de pas être naïfs.

Ce qu’il faut savoir (BBC Afrique)

● Il y a 3,8 millions d’électeurs enregistrés

● Les bureaux sont ouverts de 8h à 18h

● Il y a huit candidats sur les bulletins de vote. Pierre Nkurunziza, le président sortant, en fait partie.

● Quatre candidats, dont le leader de l’opposition Agathon Rwasa, ont boycotté l’élection.

● Le décompte des voix démarrera dès que le vote sera fini.

● Pour gagner au premier tour, un candidat doit avoir 50% plus une voix.

● Sinon, les deux premiers vont aller au deuxième tour

Tout simplement et du fond du cœur, je voudrais dire combien je suis fier de cette Nation burundaise qui reste débout alors que les sans foi ni loi voudraient la voir courber l’échine.

Minani Pontien