La Chine va investir 100 millions de yuans dans sa coopération avec le Burundi

Le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience samedi une délégation chinoise conduite par l’assistant du ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine, Chen Xiaodong, qui s’est engagé à investir 100 millions de yuans (plus de 15 millions de dollars) dans le domaine de la coopération avec le Burundi. 

M. Chen a dit être porteur d’un message de salutations cordiales et de meilleurs vœux de son président à son homologué burundais Pierre Nkurunziza, deux présidents entre lesquels, selon le chef de la délégation, “il y a une amitié très profonde et des relations très intimes grâce auxquelles les relations bilatérales entre les deux pays se sont beaucoup développées ces dernières années”.

Selon Jean-Claude Karerwa, porte-parole de la présidence du Burundi, le président Pierre Nkurunziza et son hôte se réjouissent des bonnes relations entre les deux pays et de la coopération bilatérale, s’engageant à les renforcer.

“Nous avons parlé du renforcement de la coopération pragmatique et la Chine va continuer à aider le Burundi à développer son économie dans la mesure du possible. Nous avons beaucoup de projets de coopération pragmatique et dans la prochaine étape, il faudra assurer la bonne exécution de ces projets”, a souligné Chen Xiaodong.

C’est à ce titre par exemple que, a fait remarquer M. Karerwa, l’assistant du ministre des Affaires étrangères chinois a “promis l’augmentation de 100 millions de yuans (plus de 15 millions de dollars) à partir de 2018 dans le domaine de la coopération de la Chine avec le Burundi à côté de l’augmentation des bourses à offrir aux étudiants burundais désirant poursuivre leurs études en Chine et aux stages de perfectionnement des fonctionnaires burundais dans ce pays”.

En outre, sur le plan interne, M. Chen a salué les efforts déployés par le Burundi pour promouvoir la réconciliation inter-burundaise et développer son économie.

Dans les affaires internationales, il a fait savoir que les deux parties ont échangé sur les affaires liées au Forum sur la coopération sino-africaine, s’engageant à renforcer cette coopération pour mieux développer ce mécanisme.

M. Karerwa est revenu quant à lui sur le souhait de revoir la composition du Conseil de sécurité des Nations Unies, où l’Afrique devrait être suffisamment représentée.

La Chine et le Burundi entretiennent des relations bilatérales depuis le 21 décembre 1963 et ces dernières se sont toujours améliorées au cours des années et dans des domaines très variés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.