Jérémie MINANI ou l’incarnation du syndrome « des mains » sans repos

Jérémie MINANI : Développement d’un syndrome « des mains » sans repos ou justification du triple sponsor belgo-américano-canadien reçu en 2014 pour contribuer à la destitution du Président Pierre NKURUNZIZA ?

Tout internaute avisé connait sans doute un certain Jérémie MINANI depuis fin 2014 où il s’agite comme un patient présentant un syndrome des jambes sans repos tergiversant ici et là et sur n’importe quoi. Mais, comment justifier un tel comportement ? J’ai tenté de trouver une réponse en me basant sur deux hypothèses : soit Jérémie MINANI développerait une maladie dégénérative rare aux syndromes des mains sans repos ou essaierait de justifier les fonds reçus de ses patrons occidentaux pour changer le régime burundais qui inquiéterait le monde occidental plus précisément l’Europe dont la civilisation présente déjà des signes de déclin irréversible.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, tentons de connaître cet internaute qu’est Jérémie MINANI. Jérémie MINANI, d’après nos sources qui lui sont très proches serait détenteur d’un diplôme des humanités juridiques ETM Kamenge. Il est natif de KAYANZA, MUSENYI ce qui justifie d’ailleurs pourquoi toutes les signatures de ses annonces et publicités pour se vendre sur la scène politique tant burundaise qu’occidentale sont suivies de « fait à Musenyi ». Il est de l’ethnie hutue mais, il aurait renié son appartenance ethnique et voudrait être appelé tutsi pour s’attirer les sympathies de ces derniers. C’était lors de la présentation de sa candidature à l’élection présidentielle de 2015 comme candidat indépendant qu’on lui demandait de mentionner son ethnie et qu’il a refusé de peur de révéler sa haine viscérale envers l’ethnie de son père, au fait une haine de soi. Ce qui est certain, Jérémie MINANI a une bile contre l’ethnie qui l’a vu naître à en croire ses dires et écrits.

Commentaire ignominieux sur Facebook de Jérémie MINANI
après la tentative d’assassinat de Monsieur Willy NYAMITWE
le 28 novembre 2016, le Chargé de Communication
à la Présidence de la République du Burundi
 « Il a quitté Bujumbura en 2009 pour le Canada, y est revenu en 2013 et a encore quitté Bujumbura en 2015 pour Kampala d’où il faisait des navettes sur Kigali qu’il vient de quitter aussi suite aux probables poursuites judiciaires pour une affaire de trafic humain surtout de jeunes filles en orient. Il vit actuellement en Belgique, et ne pourrait fouler ses pieds au Canada de peur des ennuis avec la recherche criminelle canadienne pour une autre affaire de délinquance », me dit une source qui a requis l’anonymat. Ceci prouve à suffisance que ce Monsieur a un syndrome des pieds sans repos. Mais a-t-il aussi un syndrome des mains sans repos ?
Jérémie MINANI développerait-il un syndrome ‘des mains’ sans repos ? En psychiatrie, il existe déjà un syndrome des jambes sans repos. « Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est un trouble du système nerveux provoquant un besoin impérieux de bouger les jambes. Cette affection est aussi nommée “maladie de Willis et Ekbom” ou “syndrome d’impatiences musculaires de l’éveil” (ou simplement “impatiences”) » (https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/syndrome-jambes-sans-repos/definition-causes). Ainsi, Jérémie MINANI ne peut pas faire une journée sans écrire quelque chose même vide soit-elle. Ceux qui l’ont fréquenté même si il serait peu fréquentable nous dressent son portrait : « MINANI Jérémie est quelqu’un d’impatient, il veut toucher à tout, il a des ambitions politiques qui dépassent l’entendement humain , il ne connait ni sa religion ,ni sa personnalité , pire encore , il prétend ne pas connaître son ethnie , il est impossible et bavard , bref , il doit avoir un trouble bipolaire : car tantôt heureux, tantôt pervers et jovial sans raison » me lance un de ses anciens proches collaborateurs. (D’après une encyclopédie en ligne , « Le trouble bipolaire est un trouble de l’humeur avant intitulé : psychose maniaco-dépressive (PMD). Il se caractérise par une variation anormale de l’humeur : alternance de périodes d’excitation (manie ou hypomanie) et de dépression, voire de mélancolie profonde, entrecoupées de périodes de stabilité. ») . Le suivant sur les réseaux sociaux, j’ai alors plutôt pensé qu’il développerait un nouveau syndrome des mains sans repos à l’image de celui des jambes car, il est très impatient et à force de manquer quoi écrire, il écrit du n’importe quoi jusqu’à injurier tous les burundais et les Institutions républicaines, avec un besoin impérieux d’écrire sans rien dire. Il n’hésite même pas à se réjouir d’une tentative d’assassinat d’un officiel burundais. Je parie que même un commenditaire d’un tel assassinat ne pourrait faire un tel commentaire. Qui d’autre pourrait faire cela qu’un terroriste de haut niveau ou un malade mental à une phase avancée ?

Jérémie MINANI tenterait-il de justifier les financements belgo-américano-canadiens reçus en 2014. Le communiqué de ce 11 décembre 2017 sorti par le comité exécutif de son fictif parti « Rassemblement des Démocrates Burundais » RDB non reconnu ou non connu sur le territoire burundais et des burundais mais certainement opérant sur internet comme toute autre organisation radicale utilisant parfois des sites ou media de propagande comme Boko Haram ou Al Shebab appelant au soulèvement populaire telles les publicités fleuves sur internet de Jérémie MINANI le montre , ce dernier aurait reçu une somme colossale de la part « des sénateurs démocrates américains pour financer[ les soulèvements populaires en 2015 en vue du changement du régime burundais qui restait inflexiblement intransigeant face aux demandes de signature de contrats miniers avec les Multinationales occidentales] ». Tout en passant, on peut alors comprendre l’intérêt que certains démocrates américains comme Samanta Power et autres avaient au Burundi en 2015 et avant. Le même communiqué précise que « Jérémie MINANI a reçu un financement de 240.000 USD » soit approximativement 600.000.000 FBU . Vous comprendrez que même les autres organisateurs des événements de 2015 pour destituer le Président Pierre NKURUNZIZA avaient aussi reçu des financements colossaux pour cette fin. Nul n’ignore par exemple que le trio Margarite BARANKINTSE, Pacifique NININAHAZWE et MBONIMPA percevaient des fonds y relatifs et que MBONIMPA devrait en assurer la coordination. C’est dans cette logique que cette somme allouée à Jérémie MINANI devrait servir à nourrir et encadrer les jeunes manifestants, payer les mutins des forces de l’ordre et les coordonateurs du mouvement « Halte au troisième mandat, soigner les blessés et enterrer les morts , tel un arsenal logistique capable de déposer un Etat faible », a précisé ma source.

Mais quel est le réel problème de Monsieur Jérémie MINANI ? C’est sans doute sa faille dans sa capacité de rendre des comptes en justifiant les dépenses effectuées ni à ces financiers ni à ses collègues Sindumuja pour mener ces activités.
Partie de l’un de ces communiqués-publicités-farces  en cascade
signés dits signés à partir de Musenyi alors que
l’auteur est en Belgique
Craignant être refoulé du CNARED et ainsi perdre sa crédibilité et ses canaux de propagande pour justifier l’argent escroqué, MINANI aurait alors promis de poursuivre son combat raison pour laquelle il multiplierait des communiqués en forme de publicités personnelles insultant le régime de Bujumbura à tort et à travers jusqu’à appeler à la guerre civile. Qui plus et , il n’hésite même pas à vilipender ses collègues sindumuja qui ont reçu les financements occidentaux comme lui en s’auto-attribuant l’action contre le Burundi à la Cour pénale internationale (CPI) tout en oubliant que ses collègues aussi ont des dépenses à justifier vis-à-vis du colon , car l’argent du blanc doit se justifier coûte que coûte , chez eux « rien ne se perd rien ne se créée » , soit « ils vont rembourser ou alors ils vont continuer leur combat contre Bujumbura » , me disait un politicien burundais avisé. « Par exemple, Pacifique NININAHAZWE a opté pour la campagne NDONDEZA pour justifier ses dépenses et aussi continuer la campagne de médisance contre Bujumbura tandis que MAGGY et MBONIMPA multiplient les actions « humanitaires » à Mahama , Rwanda » , conclut une autre source sous l’anonymat.

La CPI quant à elle, étant déjà démontré corrompue dans les multiples affaires comme celles de l’assassinat du guide Khadafi en Libye et l’emprisonnement contournant toute procédure légale de Monsieur Laurent Gbagbo sur demande et ordre du Président Français Nicolas Sarkozy comme l’a récemment révélé le site Médiapart , va-t-elle accepter ou a-t-elle accepté le pot-de-vin de ces cupides burundais et continuer de foncer dans l’illégalité ?

Et Bujumbura, va-t-elle se plier devant cette vingtaine de vieux « ch**rla**ans politiciens belgo-burundaise » vivant en Belgique à l’instar de Jérémie MINANI dont les ambitions monétaires sont à peine voilées et en manque de stratégies politique et communicationnelle qui, tantôt crient ne pas reconnaître le pouvoir de Bujumbura, tantôt appellent aux négociations ou dialogue, tantôt appellent à la guerre pour déposer le pouvoir de Bujumbura, tantôt exhortent l’EAC , ONU et AU de les aider et intervenir avec une force d’interposition en vue d’installation d’un gouvernement de transition sans le Président NKURUNZIZA , tantôt appellent à l’Union européenne de prendre des sanctions économiques ciblées , tantôt appellent la CPI à lancer des mandats d’arrêt contre le pouvoir en place, tantôt font planer la peur du génocide à la communauté internationale , tantôt musent sur les refugiés burundais au Rwanda qui seraient presque pris en otage par Kigali , etc. ?
Et qu’adviendra-t-il de cette jeunesse manipulée et radicalisée qui attend impatiemment l’issue des promesses politiciennes au Rwanda et dans le monde par ces vieux politiciens qui ne veulent pas retraiter et, la plupart de ces jeunes ayant des parents qui ont trempé dans les crises passées au Burundi de 1960 à 2003 et qui, par conséquent, veulent pérenniser l’impunité en prônant pour des gouvernements de transition et enterrer la démocratie pour de bon au détriment de la Commission Vérité et Réconciliation( CVR) déjà à l’œuvre ?
Wait and see et affaire à suivre

Appolinaire NISHIRIMBERE
(Activiste internaute burundais au nom de la justice et du panafricanisme)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.