Nos félicitations à l’ADISCO et à son Représentant Légal, Monsieur Déo Niyonkuru qui viennent en ces moments dures pour le Burundi, de porter hors du pays et d’Afrique le nom du Burundi pour montrer que des Burundais sont capables de succès et de distinction ; et que le Burundi n’est pas que le siège de conflits sociopolitiques interminables (par Ntakarutimana Léonard).

C’est un fameux contre-pied à la pseudo société civile politisée et violente de Pacifique Nininahazwe, Vital Nshimirimana et Pierre Claver Mbonimpa ainsi que leurs Portes Paroles Bob Rugurika et Cimpaye Pancrace, la vraie société civile sur le terrain montre la voie à suivre et l’ADISCO vient de clouer le bec à tous ceux qui croient que les Burundais et le reste du monde sont dupes. Son travail remarquable en milieu rural vient d’être couronné par le prestigieux prix de la fondation Roi Baudouin. C’est une démonstration que les opinions tant nationale qu’internationale savent distinguer le vrai du faux.
Le climat de violence que la pseudo société civile politisée et violente qu’elle impose injustement aux citoyens Burundais, tôt ou tard la facture leur sera présentée et ils auront intérêt à l’acquitter, l’impunité a trop longtemps duré.


Le Prix International Roi Baudouin pour le développement en Afrique d’un montant de 200 000 euros a été remis mercredi après-midi au Palais Royal de Bruxelles à l’association burundaise ADISCO en présence du roi Philippe et de la reine Mathilde, indique un communiqué de la Fondation Roi Baudouin.
L’association burundaise ADISCO a été reçue par le couple royal. L’association ADISCO qui touche plus de 200 000 Burundais a été distinguée “pour son action qui stimule l’esprit d’entreprise, la création de coopératives et de mutuelles de santé, afin de renforcer l’autonomie financière des individus et de changer durablement les conditions du vivre ensemble de la population burundaise”, précise la Fondation.
Fondée en 2006 par des cadres burundais revenus au pays à la faveur du retour de la paix, l’association ADISCO (Appui au Développement intégral et à la Solidarité sur les Collines) entend mobiliser les ressources des paysans burundais pour accroître leur autonomie et construire avec eux des modèles économiques viables.
Pour cela, ADISCO mise sur ceux qu’elle appelle des ‘ferments’ c’est-à-dire des hommes et des femmes représentatifs de leur communauté et reconnus par elle, moins pour leur expertise purement technique que pour les valeurs humaines qu’ils incarnent.
Après avoir suivi une formation, ces figures de référence constituent alors autour d’eux des ‘groupes d’autopromotion et de solidarité’ (des IGG en kirundi) d’où naissent divers projets.
Le Prix Roi Baudouin pour le Développement en Afrique d’un montant de 200 000 euros est décerné tous les deux ans et récompense le travail de personnes ou d’organisations qui apportent une contribution importante au développement en Afrique.
d375900671_deogratias-niyonkuru-et-les-paysans-ciya-bubanza.jpgBelga

1 thought on “Il existe une autre société civile citoyenne et responsable au Burundi

  1. Il existe une autre société civile citoyenne et responsable au Burundi
    Bonjour. Nous sommes tous fiers d’Adisco. Merci de publier cette information qui nous réjouit tous.
    Mais quelques remarques: Deogratias Niyonkuru (pas Déo Niyonzima) est secrétaire général d’Adisco pas représentant légal! Aussi, nous aimerions que cette information soit moins politisée. La mise en opposition contre Pacifique et Vital n’est pas très sage en cette période et n’engage que vous!
    Une lectrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.