Gitega : rafle des motos sans documents d’identification
(Iwacu 18/07/14)

La police a procédé, ce matin de mardi 15 juillet, à l’arrestation des motos en situation irrégulière. Le commissaire provinciale précise que c’est un contrôle qui va se faire régulièrement.

Les parkings sont presque vides. Les policiers ne sont pas loin. Ils attendent un taxi-motard qui se hasarde à s’arrêter. Il doit avoir tous les documents nécessaires. Sinon, sa moto est embarquée sans aucune autre forme de procès jusqu’au commissariat de police. Les policiers et les motards jouent au chat et à la souris. Quand ces derniers voient un uniforme bleu ou une voiture aux couleurs de la police, ils détalent comme des lapins. Quitte à se télescoper les uns contre les autres.

Difficile pour les habitants de la ville de Gitega de trouver une moto. Certains motards ont préféré laisser leurs motos à la maison. Jean Claude, un motard du quartier Magarama, a ressorti son vieux vélo pour faire son ancien métier de taxi-vélo : « Au moins, j’aurais de quoi manger, aujourd’hui. »
Ce jeune garçon d’une vingtaine d’années n’a pas de permis de conduire. De même que nombre de ses collègues. « Beaucoup d’entre nous ont étudié le Code de la route à la PSR (Police de la sécurité routière, ndlr) mais nous n’avons pas encore passé le permis.»

Jado Nzitunga, président de l’Association des motards du Burundi (Amotabu) de Gitega, propose une solution pour que ces motards soient en conformité avec la loi : « Nous demandons à la PSR d’organiser une descente dans les plus brefs délais à Gitega pour la passation du permis. » Une autre difficulté, ce sont les documents, comme l’autorisation de transport et autres papiers qu’ils doivent aller chercher à Bujumbura.
Jado Nzitunga demande la décentralisation des services qui délivrent ces papiers. Il fustige, par ailleurs, la manière de faire de la police : «Ils nous arrêtent dans les parkings, d’autres sont embarqués à partir des garages. Ils doivent installer des check-points.»

Des contrôles réguliers

OPP1 Dominique Hakizimana, commissaire provincial de la police à Gitega, fait savoir qu’ils contrôlent toutes les motos pour voir celles qui sont en situation irrégulière. Des motos sans documents, des motards sans les deux casques, etc. « C’est un travail que nous allons faire tous les jours.» Nous allons rappeler, poursuit-il, que l’excès de chargement est une faute punissable. En effet, transporter deux ou trois passagers sur sa moto est une chose normale à Gitega.

Pour ce qui est des arrestations dans les parkings, le commissaire provincial indique que la police agit ainsi car les motards refusent d’obtempérer quand les policiers les arrêtent pour le contrôle. «Qu’à cela ne tienne, le propriétaire peut venir récupérer sa moto sur présentation des documents nécessaires.» Toutefois, il réfute les accusations concernant les arrestations dans les garages.
Concernant la passation des permis, OPP1 Dominique Hakizimana assure qu’il a déjà discuté de cette question avec la PSR. Il reste qu’on lui signifie la date de passation. « Pour la décentralisation de différents services, il faudra s’armer de patience, car c’est un projet qui demande beaucoup de moyens.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.