Evaluation de l’Etat sécuritaire : le pays est généralement paisible

Le Chef de l’Etat Pierre Nkurunziza a réuni mercredi 7 août 2019 les Gouverneurs de provinces en province de Muramvya. Objectif : analyser la situation sociopolitique et sécuritaire qui prévaut dans le pays. Le constat a été que le pays est généralement paisible malgré quelques cas isolés de conflits fonciers et des problèmes de leadership dans certaines églises qui sont signalés ça et là.

Les Gouverneurs de provinces ont tour à tour pris la parole et ont brossé chacun la situation de sa province en ce qui la vie sociopolitique et sécuritaire.

Les participants ont souligné entre autres les problèmes de conflits liés au leadership dans les églises qui affectent les chrétiens et les divisent. Ils ont cité le cas de l’église adventiste du 7ème jour où un problème de leadership a provoqué depuis un certain temps une scission au sein de l’église et qui a divisé les chrétiens en deux groupes opposés.

Ils ont également évoqué les problèmes liés aux conflits fonciers qui occasionnent des meurtres dans les familles. La justice, les responsables administratifs à la base et l’autorité communale ont été mis en cause et ont été appelés à la vigilance.

Les participants ont parlé également des cas de grossesses non désirées chez les jeunes filles, un problème qui porte atteinte à la sécurité en famille et à la pudeur.

D’autres problèmes évoqués au cours de la réunion concernent la fraude. Selon les participants à la réunion, certains commerçants raflent les récoltes à des prix dérisoires et exportent illégalement les denrées alimentaires au grand dam de la population qui, du coup court le risque d’être frappée par la famine.

A ce sujet, le Chef de l’Etat a demandé aux Gouverneurs de provinces de veiller à ce que les récoltes soient gardées jalousement afin que la population ne manque ni nourritures ni semences.

Les Gouverneurs de province ont également fait remarquer que certains malfaiteurs détiennent encore et de façon illégale des armes à feu, précisant cependant que la quadrilogie est toujours à l’œuvre pour démanteler ces groupes de malfaiteurs.

Au cours de cette réunion, certaines organisations internationales comme le HCR et l’OIM ont été indexées comme étant des organisations qui ne respectent pas la loi régissant les ONGs au Burundi. Ces organisations onusiennes ont été accusées de suivre discrètement les rapatriés en provenance de la Tanzanie, prétextant vouloir gérer leur situation d’une manière confidentielle. Ces organisations ont été appelées à se ressaisir.

Le Chef de l’Etat a condamné avec la dernière énergie l’attitude de la radio France Internationale qui selon lui diffuse des rumeurs sur le Burundi. Il a fait remarquer que cette radio a diffusé des informations faisant étant d’une épidémie de la malaria au Burundi, qui aurait atteint la moitié de la population burundaise, ce qui est faux.

Pour terminer, le Chef de l’Etat a rappelé que les activités en rapport avec le flambeau de la paix qui se déroulent chaque année auront lieu au mois de septembre prochain et a invité tous les burundais à y participer comme d’habitude.

Par NYANDWI Dieudonné