Discours de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent du Burundi auprès de l’ONU lors de la réunion de configuration-Burundi de la Commission de Consolidation de la paix sur la situation au Burundi, New York, 06 mars 2019

Discours de S.E.M. l’Ambassadeur Albert SHINGIRO, Représentant Permanent du Burundi auprès de l’ONU lors de la réunion de configuration-Burundi de la Commission de Consolidation de la paix sur la situation au Burundi, New York, 06 mars 2019

 

  1. Monsieur le Président,comme c’est la première réunion de l’année sous votre présidence, je voudrais d’emblée vous exprimer mes chaleureuses félicitations pour votre réélection méritée à la présidence de la configuration-Burundi de la Commission de consolidation de la paix pour 2019. Nous vous réitérons notre entière coopération tout au long de votre mandat à la tête de cette configuration.

 

  1. Ma délégation souhaite également remercier les autres distingués membres de cette configuration pour leur présence ce matin et leurs contributions constructives au processus du développement socio-économique et de la consolidation de la paix au Burundi dans le cadre de cette plateforme.

 

  1. Qu’il me soit en outre permis, à travers vous Monsieur le Président, de remercier sincèrement M. Garry Conille Coordinateur Résident du système des Nations Unies au Burundi pour son briefing très édifiant et riche d’informations très utiles pour la configuration ainsi que Mme Bella Bird et M. Nestor Koffi respectivement Directrice régionale de la Banque Mondiale et Responsable des opérations de la Banque mondiale au Burundi pour leurs contributions enrichissantes à ce débat.

 

  1. Monsieur le Président, dans mon intervention, je me limiterai uniquement à la présentation, en grandes lignes, du plan national de développement du Burundi (PND) 2018-2027. Pour ce qui est de la situation sécuritaire, politique et humanitaire, je vous réfère à mon discours du 19 février 2019 devant le Conseil de sécurité dont le contenu est toujours d’actualité. Il est accessible au site web de la Mission du Burundi burundimission.org

 

  1. Monsieur le Président, dans ses efforts permanents de cerner les priorités de son peuple et de définir souverainement la trajectoire de sa croissance, le Gouvernement du Burundi s’est doté d’un Plan National de Développement du Burundi « PND Burundi 2018-2027 ».

 

  1. Le Plan National de Développement du Burundi vient répondre aux défis qui persistent encore dans les domaines du développement économique et social du pays. Il s’inscrit dans un schéma de développement axé sur une nouvelle dynamique de transformation des structures économiques, démographiques et sociales, générant des effets multiplicateurs et durables sur l’amélioration de la croissance économique et du revenu moyen par habitant et permettant la satisfaction des besoins fondamentaux, la réduction de la pauvreté, le développement du capital humain, la viabilité environnementale et l’équité sociale.

 

  1. Le PND BURUNDI constitue un outil d’orientation stratégique sur base duquel les secteurs devront construire leurs politiques et plans d’actions pour contribuer positivement à l’augmentation du produit intérieur brut (PIB). Il a été élaboré dans un environnement politique, économique et social caractérisé par l’ouverture au dialogue et à la concertation entre le Gouvernement et les partenaires des partis politiques, de la société civile, des confessions religieuses et de la jeunesse et associations de femmes qui sont des acteurs incontournables du développement.

 

  1. Ce plan se veut être le fondement d’une croissance forte et inclusive dès la période 2018-2019 afin de permettre au Burundi d’atteindre, à l’horizon 2027, le niveau des pays émergents. L’enjeu du PND BURUNDI 2018-2027 est donc de créer les conditions nécessaires à une paix et une stabilité durables pour la transformation structurelle de l’économie à long terme caractérisée par une croissance à deux chiffres, durable et équitable.

 

  1. Monsieur le Président, la mise en œuvre de ce PND permettra de capitaliser les acquis de la démocratie, de la gouvernance, d’accroître la production agricole, de construire des infrastructures de base de l’économie et de développer le tissu industriel en privilégiant une approche de Partenariat Public Privé (PPP) et plus généralement le développement du secteur privé.

 

  1. Ce faisant, le PND BURUNDI 2018-2027 tient compte des enseignements tirés de la mise en œuvre des référentiels antérieurs de la planification du développement économique et social du Burundi : les plans quinquennaux, les Programmes d’Ajustement Structurel (PAS) et les Cadres Stratégiques de Lutte contre la Pauvreté.

 

  1. De par ces référentiels, les résultats obtenus par rapport aux attentes imposent au PND le choix d’une approche audacieuse et réaliste favorisant la prise en compte des agendas multidimensionnels internationaux, régionaux, sous régionaux et nationaux, à savoir l’Agenda 2030 des Nations Unies, l’Agenda Africain 2063, la Vision 2050 de la Communauté d’Afrique de l’Est et la Vision-Burundi 2025.

 

  1. Aussi, l’élaboration du PND BURUNDI 2018-2027 s’est imprégnée de la conjoncture sociopolitique qui met en lumière la forte demande sociale en matière de renforcement de sécurité, d’accès à l’emploi, à des infrastructures d’appui à la production capables de booster la croissance économique vers un niveau de pays émergent, des services sociaux de qualité et la réduction des inégalités, des mesures adaptées à la résilience au changement climatique d’une part et aux chocs économiques d’autre part.

 

  1. Monsieur le Président, le processus d’élaboration du PND Burundi 2018-2027 a été participatif et inclusif. Il tient compte des aspirations des Ministères sectoriels et de la population burundaise dans sa riche diversité. Le PND BURUNDI 2018-2027 s’inscrit dans une dynamique de croissance économique transversale à tous les secteurs de la vie économique du Burundi. Avec un scénario optimiste, les prévisions du cadrage macroéconomiques montrent que le taux de croissance économique sera à 2 chiffres à partir de 2022 et qu’en 2027, le taux moyen de croissance sera 10,7%. Cette dynamique de la croissance économique du Burundi reposera essentiellement sur la consolidation des acquis de la démocratie, de la gouvernance et de l’Etat de droit, l’intensification et la transformation structurelle de l’économie.

 

  1. En tant que processus du développement, la transformation structurelle de l’économie burundaise conduira à une économie articulée grâce à plusieurs interventions dont: (i)l’amélioration des pratiques agricoles et d’élevage par leur modernisation, (ii)le développement du secteur minier par la mise en valeur des gisements potentiels des minerais et l’encadrement des artisans miniers, (iii)le développement des infrastructures d’appui à la production à travers le renforcement et la diversification des capacités de production de l’énergie, (iv)l’entretien et la construction des routes interprovinciales et communales, (v)la promotion des entreprises privées par la mise en place des conditions favorables à la protection de l’entreprenariat privé pour accroître les emplois des jeunes et des femmes, (vi)l’impulsion du système éducatif en assurant l’accès à la formation de qualité, l’équité, l’ enseignement d’excellence et l’initiative de recherche appliquée, et (vii)la promotion de la santé par le renforcement des capacités de lutte contre les maladies transmissibles, non transmissibles et des maladies tropicales négligées, la vaccination et la malnutrition.

 

  1. La dynamique de la croissance économique inclut d’autres piliers de développement dont la sécurité sociale à travers le renforcement des structures existantes de protection sociale et la promotion des mécanismes de financement notamment le développement de l’assurance solidaire et privée axée particulièrement sur la protection de la population vulnérable et surtout les personnes âgées, la prise en charge des sans emploi et des personnes vivant avec le handicap ainsi que la création d’un fonds d’emploi des jeunes et la redynamisation du fonds de soutien à l’investissement privé pour stimuler la création d’emplois.

 

  1. Monsieur le Président, dans le contexte mondial d’intégration économique pour une croissance soutenue, le Burundi est appelé à tisser un partenariat solide avec le secteur privé, les pays limitrophes, les pays du continent africain et les autres partenaires traditionnels et non traditionnels du reste du monde. Pour financer le Plan d’Actions Prioritaires du PND, le Gouvernement envisage un mécanisme de mobilisation accrue des ressources internes (autour de 70%) à travers le renforcement de l’Office Burundais des recettes (OBR) afin d’accroître l’assiette fiscale. En parallèle, il devra établir une stratégie de mobilisation des ressources externes (autour de 20%) en tenant compte de l’équilibre des agrégats macroéconomiques pour contenir ou réduire sensiblement l’inflation. Le reste du budget, soit autour de 10% proviendra des partenariats publics-privés (PPP).

 

  1. Monsieur le Président, le PND est un instrument de cadrage référentiel à toutes les Institutions de la République ainsi que, à tous les partenaires internes et externes et autres parties prenantes de la vie nationale. C’est le fruit de douze (12) mois de consultation intense et de rédaction par 70 experts Burundais mandatés par  la Plus Haute Autorité. C’est un document visant à réconcilier (1) l’amélioration de la productivité agricole, (2) la modernisation des infrastructures de base (3) la création d’emplois pour la jeunesse (4) la préservation des écosystèmes. En un mot, le PND donne une ligne directrice à suivre pour les 10 prochaines années pour cheminer vers un Burundi Emergent! Désormais, tous ceux qui veulent investir au Burundi ou nous appuyer dans des projets variés sont invités à se référer à ce Plan dont découlent tous les autres projets. Le PND va être traduit en Kirundi pour que tous les citoyens burundais sans exception puissent le comprendre et s’en approprier pleinement. Il va ensuite constituer un des chapitres du Programme de Formation Patriotique. Les ateliers de dissémination du PND à l’endroit des élus locaux ont déjà commencé. Le dernier en date a eu lieu hier sous le leadership du Ministre ayant les finances, le Budget et la coopération au développement économique dans ses attributions.

 

  1. Monsieur le Président, en ce qui concerne la mise en œuvre du PND Burundi 2018-2027, elle sera coordonnée par le Ministère ayant en charge de la coopération au développement Economique sous la supervision du Comité National de Pilotage et de Coordination des Politiques et Programmes de Développement en collaboration avec les Ministères et structures techniques opérationnels de mise en œuvre et de suivi sectoriel et local de ce plan décennal. Les Burundais et les partenaires du Burundi doivent en connaître les grandes articulations et les objectifs fixés pour chaque secteur. Et pour le peuple Burundais, il doit aussi comprendre que ceci est un nouveau combat auquel il s’engage, un combat qui va durer 10 ans, un combat qui nous aidera à parvenir à améliorer le niveau de vie de la population et nous conduire vers le développement durable en l’an 2030.

 

  1. En mots très clairs, l’objectif général du PND est de transformer structurellement l’économie burundaise, pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive, créatrice d’emplois décents pour tous et induisant l’amélioration du bien-être social.

 

  1. Sa vision est une nation solidaire, démocratique et prospère, à travers une transformation structurelle de l’économie nationale pour la mettre sur une nouvelle trajectoire de forte croissance, en réduisant profondément les inégalités sociales et la pauvreté rurale, semi urbaine et urbaine.

 

  1. Les grands piliers d’intervention du Plan sont au nombre de huit : (I) l’Agriculture et l’Elevage (II) l’Industrie et les Infrastructures Commerciales, (II) la Recherche Scientifique et l’Education, (IV) l’Environnement et Changement Climatique, (V) la Sécurité, la souveraineté Nationale et Bonne Gouvernance, (VI) la Collecte des Capitaux par le biais des Investisseurs, (VII) la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques (VIII) la Coopération et Diplomatie.

 

  1. A travers le PND, les quatre fortes ambitions décennales du peuple Burundais sont: (1) une économie résiliente et une croissance inclusive et créative d’emplois décents 2) une dynamique de croissance à deux chiffres en 2027, 3) capitalisation des opportunités économiques et sociales du pays, 4) amélioration des conditions de vie de la population.

 

  1. Monsieur le Président, pour ce qui est des scenarii des cibles et projection de croissance en 2027, le scenario optimiste est d’une croissance légèrement supérieure à 10%, le Scenario tendanciel est d’une croissance de 6% et le scenario pessimiste est de 4%. Le pessimisme n’étant connu dans le vocabulaire Burundais, nous croyons plutôt au scénario optimiste. En termes de trajectoire de cette croissance, Il est prévu une reprise en 2018-2019 avec un taux de croissance de 4%, un décollage en 2021 avec un taux de croissance de 7.1%,  une croissance accélérée en 2024 de 9,5% et une croissance soutenue en 2027 de 10,7%.

 

  1. S’agissant des enjeux du PND, il convient de relever que le premier enjeu est une croissance soutenue et inclusive pour une économie résilience économique et un développement durable. L’enjeu No 2 est une gouvernance axée sur les principes démocratiques et la sauvegarde de la souveraineté nationale, le troisième enjeu est constitué des mécanismes efficaces de mobilisation des ressources, la capitalisation de la coopération et la recherche du financement innovant.

 

  1. Monsieur le Président, de façon visible, le plan s’articule sur 16 axes d’intervention constitués à leur tour de 51 objectifs généraux de développement. Pour mettre en œuvre tout cela, le Plan national de Développement Burundi 2018- 2027 s’appuiera sur des plans stratégiques sectoriels de 5 ans à travers chaque Ministère du Gouvernement burundais. Que ce soit pour ce Plan Décennal, que ce soit pour ces Plans sectoriels stratégiques de 5 ans, les experts ont bien budgétisé et montré les moyens techniques et financiers nécessaires à chaque axe de développement et les résultats escomptés. Nous n’allons pas en rester là. L’équipe des experts qui ont élaboré ce Plan sera renforcé pour préparer un autre Plan qui nous conduira à l’horizon 2040, ce dernier sera élaboré à partir de l’année 2022.

 

  1. En termes de données chiffrées, les besoins en financement du PND sont d’environ 20 mille milliards de Francs Burundais, soit 20 mille millions de Dollars américains. A cet égard, le Burundi lance un appel amical à tous les partenaires traditionnels et non traditionnels qui souhaiteraient apporter un appui dans la mise en œuvre du PND à travers une coopération mutuellement bénéfique et respectueuse de se manifester dès demain.   Les axes d’intervention, les objectifs stratégiques, les programmes, les projets et les coûts sont disponibles pour ceux qui voudraient soutenir les efforts nationaux de développement à travers le PND, objet d’échange ce matin.

 

  1. Monsieur le Président, au niveau du suivi et évaluation du PND, le Ministère ayant la coopération au développement à travers le Secrétariat Technique du PND constitue le dispositif central ayant pour mission la Coordination du suivi des indicateurs économiques et sociaux afin de faciliter la formulation des réformes nécessaires. D’autre part, le Ministère ayant en charge le développement local assure l’exécution du PND au niveau communautaire alors que les Ministères sectoriels mettent en œuvre le plan tout en assurant un suivi régulier dans leurs secteurs respectifs. L’établissement de l’état d’avancement sera réalisé par les antennes provinciales du plan. Le schéma qui montre le montage institutionnel du dispositif de mise en œuvre et de suivi et évaluation du PND BURUNDI 2018-2027 se trouve à la page 68 du PNB qui vous sera distribué à la fin de la réunion. Il montre les institutions et les structures qui interviendront dans la mise en œuvre et le suivi et l’évaluation du PND ainsi que la typologie des relations (coordination, redevabilité, transparence et collaboration) entre ces institutions et structures.

 

  1. Monsieur le Président, avant de conclure mon propos, ma délégation tient encore une fois à vous remercier pour avoir bien voulu organiser cette réunion consacrée aux deux programmes majeurs et ambitieux sur le développement socio-économique du Burundi, à savoir l’UNDAF que le Coordinateur résidant, mon ami Garry Conille a présenté avec éloquence et clarté et le PND du Burundi dont les détails peuvent être consultés dans les documents qui ont été distribués en amont à la tenue de cette réunion et celui qui vous sera distribué à la fin de la séance. Mes sincères remerciements aussi à tous les intervenants ainsi qu’à toutes les délégations présentes dans cette salle pour leurs contributions riches et constructives à l’échange d’aujourd’hui.

         Je vous remercie de votre aimable attention !

POSTED BY  ON MAR 6TH, 2019 IN NOUVELLES | 0 COMMENTS