REPUBLIQUE DU BURUNDI

MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE

Le Gouvernement du Burundi voudrait porter à la connaissance de la Communauté nationale et internationale ce qui suit :

1. Suite aux récentes informations véhiculées dans certains medias locaux, le Gouvernement du Burundi réitère sa volonté politique de protéger toute la population burundaise et tous les étrangers vivant au Burundi, contre toute sorte de saboteurs, de criminels de tout acabit, d’où qu’ils viennent et où ils attaquent.

2. Pour lui permettre d’accomplir cette mission première qui est la sienne, le Gouvernement demande la collaboration de tous les citoyens, de tous les étrangers, et les exhorte à dénoncer tous les fauteurs de trouble en livrant toute information qui leur parviendrait au sujet d’un quelconque acte en préparation pour déstabiliser le Burundi, ou perpétrer des infractions sur son sol.

3. Le Gouvernement du Burundi profite de cette opportunité pour exprimer ses remerciements aux partenaires bilatéraux et multilatéraux œuvrant au Burundi et pour la franche coopération dont ils ont fait montre tout au long de sa longue marche en vue de consolider le processus de paix entamé voilà près d’une décennie.

4. En cette période cruciale où le Burundi se prépare pour la troisième fois à une série d’élections générales et présidentielles, il invite ses mêmes partenaires à redoubler d’efforts pour que lesdites élections se passent dans de bonnes conditions assurant à la fois la sécurité, la liberté et la transparence pour tous. Le gouvernement est conscient de l’ampleur de la tâche qui lui incombe, mais il reste confiant qu’il mènera à bon port cette responsabilité, avec l’aide de toute la population et de toute la communauté régionale et internationale en général. A cet égard, le Gouvernement voudrait faire remarquer que la feuille de route adoptée par tous les partenaires politiques burundais, ainsi que les consultations déjà engagées entre lui-même et toutes les parties prenantes, augurent un climat serein qui devrait caractériser les prochaines élections de 2015.

5. Les discussions du Gouvernement avec les acteurs politiques, sous la facilitation du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB), dénotent la volonté du Gouvernement de conduire un processus électoral inclusif, juste et libre.

6. De même, le fonctionnement actuel des medias et de la Société civile en général, ainsi que les consultations initiées par le Gouvernement avec les Confessions religieuses témoignent de la volonté de ce dernier d’ouvrir l’espace politique à tous, et à travers tout le pays.

7. Même si le Gouvernement est le premier responsable pour assurer la sécurité de tous ceux qui vivent sur le territoire de son Pays, il profite de cette occasion pour inviter tous les acteurs politiques de s’abstenir de tous les actes de nature à créer les tensions , éviter toute violence politique et, ce faisant, leur contribution permettra d’enterrer définitivement la « hache de guerre » qui a jalonné son histoire et son passé sanglant.

8. Le Gouvernement du Burundi voudrait rappeler que la fin de 2014, correspond avec la fin du mandat du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB, en sigle). Il est tout aussi conscient que pareil retrait laissera un fossé difficile à combler a plusieurs niveaux, mais c’est effectivement l’occasion pour lui, de prendre ses responsabilités et prouver qu’il est à mesure de les assumer avec efficacité et efficience.

Par ailleurs, il n’ignore pas dans le même temps, que de nombreux défis se dressent sur sa trajectoire. C’est la raison pour laquelle, il invite notamment le Bureau des Nations Unies au Burundi et les autres partenaires impliques, pour que le Plan conjoint de transition et le Plan Prioritaire de Consolidation de la Paix (PPCP) soient mis en œuvre le plus rapidement possible.

9. D’ores et déjà, il sied de souligner qu’un Accord entre le Gouvernement du Burundi et les Nations Unies, en ce qui concerne le déploiement d’une mission électorale de cette Institution, est en passe d’être conclu avec cette dernière. Il en sera de même des autres partenaires qui souhaitent participer à l’observation des élections de l’année prochaine au Burundi. Ici aussi, il faut souligner que ceci a été le langage tenu par le Gouvernement depuis de longs mois déjà. 10. Il importe de dire aussi que le Gouvernement est disposé à continuer de travailler avec tous les partenaires dans le domaine des droits de l’homme et de faire tout ce qui est en son pouvoir pour achever le processus en cours relatif à la « Commission Vérité et Réconciliation 11. Sur un autre registre, le Gouvernement continue à travailler, avec les autres de la sous-région et de la région/Afrique, pour promouvoir la Coopération régionale, à travers les organisations dont il est membre et avec l’Union Africaine.

12. Dans le cadre de la mise en œuvre de la Vision 2025 et du Cadre Stratégique de Croissance et de Lutte contre la Pauvreté, 2eme Génération, le Burundi souhaiterait que tous les engagements pris lors de la Conférence de Genève d’Octobre 2012, soient honorés par tous les partenaires. En effet, les Conférences sectorielles subséquentes qui ont été tenues, ont abouti sur des projets concrets et bancables. En conséquence, le Gouvernement espère, que de la Table ronde envisagée, les 11 et 12 décembre 2014, il sortira une résolution concrète et ferme tendant à assurer le déblocage immédiat des ressources financières restantes. Ce faisant, la Communauté Internationale aura montré pour sa part, sa volonté ferme d’aider le Burundi, à combler le gap laissé par le retrait du BNUB, à réaliser les autres programmes contenus dans ses principaux instruments d’orientation stratégique que sont : la Vision Burundi 2025 et le CSLP II, et d’embarquer le Burundi sur l’orbite du progrès pour consolider les réalisations déjà enregistrées, et positionner le pays dans une perspective d’avenir plus radieux pour son peuple. En effet, une telle démarche posera la fondation d’un développement durable à moyen et long terme.

13. Le Gouvernement termine en réitérant sa volonté d’œuvrer pour la paix et le développement de tout le peuple burundais avec l’appui de tous ses partenaires.

Fait à Bujumbura, le 05 Novembre 2014.

D.G. DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES ET DES ONG ETRANGERES.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.