Chaque société de dépulpage du café doit détenir une licence de production

Le ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage, en collaboration avec celui des finances, du budget et du développement économique, a organisé à Bujumbura lundi 19 mars 2019, une réunion sur le financement de la campagne café 2019-2020, à l’intention de tous les intervenants dans la filière café.

Au cours de cette réunion, le Ministre burundais en charge de l’agriculture, Déo Guide Rurema a rappelé que le Gouvernement s’est engagé à organiser une concertation avec tous les intervenants dans la filière café afin d’éviter les dysfonctionnements observés dans la campagne qui vient de s’écouler.

Il a annoncé par la suite que la campagne café 2019-2020 commence le 31 mars courant, demandant quelles sont les sociétés qui collectent le café cerise qui réunissent les conditions et qui sont prêtes à s’engager dans cette campagne.

Le Ministre en charge des finances Domitien Ndihokubwayo a quant à lui rappelé que la précédente campagne-café a été marquée par plusieurs défis dont le non paiement des caféiculteurs par certaines sociétés, le fait de ne pas rapatrier les devises provenant du café exporté ainsi qu’une certaine quantité de café qui n’est pas encore vendue jusqu’à présent.

S’ajoute à cela le problème de certaines sociétés qui ont contracté des crédits auprès des banques avec l’aval du Gouvernement et qui n’ont pas encore remboursé ces crédits, a déploré le Ministre Ndihokubwayo.

“Nous devons tenir compte de toutes ces manquements afin que la campagne en perspective ne soit pas marquée par de telles incommodités”, a martelé le Ministre.

Prenant la parole, l’Administrateur-Directeur Général de la Bancobu, l’une des Banques qui sont intervenues dans l’octroi des crédits aux sociétés de dépulpage a précisé que 50 à 60 % de ces crédits ne sont pas encore remboursés.

A ce sujet, le Président de l’Inter-café, une plateforme qui regroupe les sociétés de dépulpage, de déparchage et commercialisation du café a demandé aux Banques de concéder à ces sociétés une restructuration des crédits qui ne sont pas encore remboursés.

Le Président de l’association des caféiculteurs Joseph Ntirabampa a quant à lui plaidé avec insistance pour que le dépulpage de la cérise commence sans tarder, expliquant que dans certaines régions, le café cerise est déjà mûre et commence à se détériorer.

Après échanges et débats, le Ministre en charge des finances a recommandé à toutes les sociétés qui voudraient s’engager dans la collecte du café pour le dépulpage et qui remplissent les conditions, d’aller demander sans délais une licence de production auprès de l’Autorité de Régulation de la.Filière Café (ARFIC).

Le Ministre des finances a fixé pour vendredi 22 mars 2019 la date limite délivrance de ces licences.

 

Par NYANDWI Dieudonné