Alors que la capitale burundaise, Bujumbura, est en proie à des massacres, un procès important s’est ouvert ce lundi devant la Cour suprême, à Gitega. Vingt-huit militaires et soldats putschistes sont accusés d’avoir participé à la tentative de coup d’Etat des 13 et 14 mai. Le Belge Bernard Maingain est l’avocat de quatre de ces militaires. Contre toute attente, il est également poursuivi par la justice burundaise.

Contacté par La Première, l’avocat a fait part de sa surprise. Ce mardi matin, il ne savait même pas précisément de quoi il est accusé. Il semblerait que ce soit pour avoir fomenté un coup d’Etat en mai.

Avant l’ouverture de ce procès, Me Maingain ne cachait pas ses craintes. Il avait d’ailleurs expliqué ce weekend à La Libre qu’il négociait avec l’Onu pour “sécuriser les défenseurs pendant le procès” et avait souligné qu’il était important pour lui de se rendre à Bujumbura “afin qu’il y ait une parole libre” durant les audiences.

J. LGG. (AVEC AFP)
A suivre,…