A Washington, jeudi 7 aout 2014, le très populaire président africain du Burundi, S.E. Nkurunziza Pierre, a reçu en audience le Commandant des forces AFRICOM (USA Africa Command), le Général David M. Rodriguez, accompagné par Mme Amanda Dory, Sous-Secrétaire Adjoint à la Défense chargée des affaires africaines et le Général Major James Lariviere, assistant du Chargé des Opérations dans la marine américaine.
Une des ambitions de l’AFRICOM, né du processus ACRI ( ce programme du Pentagone fin des années 1990 était l’opposé du projet français RECAMP dans le cadre des – forces globales-) , est la lutte contre la menace du terrorisme dans le monde.
Le professionnalisme et la discipline des soldats Barundi en Somalie et en République Centrafricaine, sont très fortement appréciés par l’armée américaine. Ces autorités américaines du Pentagone ont remercié le Gouvernement du Burundi pour sa disposition à fournir des troupes en vue de stabiliser le continent africain. Le Général Rodriguez a loué sans réserve les exploits du Général Major Silas Ntigurirwa, Commandant des forces de l’AMISOM qui fait un travail remarquable en Somalie.
S.E. Nkurunziza Pierre, Président du Burundi, a remercié les Etats-Unis pour leur soutien logistique et de formation envers l’armée burundaises, les Forces de Défense Nationales (FDN). Le Président burundais voudrait que cette collaboration fructueuse se poursuive en augmentant compte tenu des besoins sans cesse croissants sur le terrain.
Concernant le SUD-SOUDAN, le Burundi est entrain d’analyser la requête de l’Autorité Intergouvernementale pour le Développement (IGAD) via l’Union Africaine, qui souhaitent l’envoie de troupes burundaises pour protéger les équipes de surveillance du cessez-le-feu signé fin janvier 2014.
Le Burundi, avant 1966, était un des derniers anciens Royaumes africains – Ingoma Y’Uburundi -. Cet ex-Royaume millénaire africain avait sa réputation autrefois: Celle des fameux intrépides guerriers – seigneurs de la guerre … L’Histoire du Monde et de la Guerre retiendra du Burundi, la défaite que les Badasigana ( les guerriers Barundi du Mwami -Roi- Mwezi Gisabo ) avaient infligé aux soldats Allemands du Keizer Guillaume en 1889. Ce n’est qu’en 1903, à NDAGO, que les Allemands auront leur revanche. Leur victoire, les Allemands le devaient à leurs armes ( les fameuses mitrailleuses rotatives) et non à la bravoure de leurs soldats.
DAM, NY, AGNEWS, le 15 août 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.