L’autorité municipale de Bujumbura a saisi jeudi un stock de médicaments périmés dans le quartier Muramvya de la zone Kinama en commune urbaine de Ntahangwa.
Selon Freddy Mbonimpa, maire de Bujumbura, qui a procédé lui-même à cette opération, les gens attrapés “s’arrangent pour mettre de nouvelles étiquettes qui marquent de nouveaux délais et les gens achètent ces médicaments croyant que ce sont des vrais”.

Il a fait savoir que le ministère de la santé publique s’est impliqué pour aller faire des vérifications et surtout pour démanteler ce réseau parce que, a-t-il dit, il y a des officines qui vendent ces médicaments périmés au niveau des marchés.

Il a reconnu que ce ne sera pas facile d’autant plus que les administratifs à la base ne veulent pas dénoncer les malfaiteurs qui manipulent ces médicaments mais qui’on va s’y mettre pour protéger la population.

Le porte-parole du ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida, Thadée Ndikumana, a démontré les techniques utilisées par les contrefacteurs de ces médicaments, indiquant qui’ils peuvent utiliser des cachets pour effacer l’emballage et falsifier la date de péremption des médicaments.

“Les conséquences sont dramatiques surtout en ces moments où nous connaissons l’épidémie de paludisme”, a souligné Thadée Ndikumana avant d’inviter la population à éviter d’acheter des médicaments de la rue et de travailler en commun accord avec l’administration et les forces de sécurité pour traquer ces criminels.

Il a aussi interpellé l’inspection générale de la santé de doubler d’efforts et de travailler en commun accord avec l’administration et les forces de sécurité pour remonter l’historique de ces médicaments falsifiés, savoir d’où ils proviennent, le grossiste qui les a vendus et où il les aurait vendus.

Il a indiqué que c’est tout une gamme de médicaments composés de suppositoires, de comprimés, de médicaments pour les enfants, d’injectables et d’anesthésiques.
Il a promis que des sanctions relatives à la loi vont être prises à l’endroit des malfaiteurs qui se seront rendus coupables de cette infraction.

Xinhua