Burundi : remise par la Chine du nouveau palais présidentiel de Gasenyi

Le ministre burundais des Affaires étrangères, Ezéchiel Nibigira, et l’ambassadeur de Chine, Li Changlin, ont signé jeudi l’acte de remise et de réception du projet de construction du palais présidentiel de Gasenyi (nord de Bujumbura) financé par la Chine au cours d’une cérémonie solennelle rehaussé par la présence du deuxième vice-président du Burundi, Joseph Butore.

Cette cérémonie de signature a été précédée par une visite guidée de l’immeuble du palais présidentiel.

“C’est un immense plaisir pour nous, de venir à la cérémonie de signature de l’acte de remise et de réception du projet du palais présidentiel”, a déclaré d’emblée dans un point de presse l’ambassadeur Li.

L’ambassadeur chinois a d’abord remercié le deuxième vice-président Butore d’avoir rehaussé de sa présence cette cérémonie.

La détermination du site de construction de ce palais s’est étalée sur plusieurs années, a indiqué l’ambassadeur Li avant de faire remarquer que les travaux de construction de ce palais ont duré deux ans et demi.

Selon M. Li, ce palais présidentiel burundais de Gasenyi est “l’ouvrage le plus important” déjà réalisé par la Chine jusqu’à présent au Burundi.

La remise et la réception de ce palais est “un symbole de l’amitié sincère et de la coopération agissante” entre la Chine et le Burundi, a souligné l’ambassadeur chinois.

Sur ce, il a rappelé qu’en décembre 2018, la Chine et le Burundi ont célébré le 55ème anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques.

Les relations entre nos deux pays, a-t-il insisté, se trouve à leur “meilleur niveau” de leur histoire.

L’ambassadeur Li a rappelé que lors du sommet du forum de coopération Chine-Afrique tenu en septembre 2018, le président chinois Xi Jinping a annoncé huit initiatives majeures pour la coopération entre la Chine et l’Afrique en général, et pour la coopération entre le Burundi et la Chine en particulier.

“Pour le moment, nous sommes en train de mettre en synergie toutes ces mesures de manière concrète, avec le Plan national de développement (PNB) du Burundi. A cet effet, l’ambassade de Chine a mobilisé une dizaine de jeunes interprètes pour traduire le PNB du Burundi en langue chinoise ; ceci afin d’identifier les domaines prioritaires de coopération. En tout cas, pour toutes les promesses que nous avons faites à l’endroit de nos frères burundais, les Chinois vont les tenir avec toute leur énergie et leur cœur”, a-t-il annoncé par ailleurs.

L’ambassadeur chinois a plaidé pour qu’à l’avenir, la coopération sino-burundaise insiste sur des projets destinés à améliorer les conditions de travail des fonctionnaires burundais ainsi que ceux destinés à améliorer le bien-être de la population burundaise.

Pour sa part, le ministre Nibigira a exprimé la satisfaction du gouvernement burundais du président Pierre Nkurunziza parce que depuis l’indépendance du Burundi en juillet 1962 jusqu’à ce jour, le Burundi n’avait jamais obtenu un bâtiment d’une telle importance.

“C’est donc pour la première fois de son histoire que le Burundi se dote d’un tel beau bâtiment. C’est pour cette raison que je voudrais remercier au nom du gouvernement burundais, le gouvernement chinois pour ce don offert. Ceci matérialise les relations politiques et diplomatiques les plus fortes entre le Burundi et la Chine”, a souligné le ministre burundais des Affaires étrangères.

Sur ce, a-t-il ajouté, le gouvernement burundais va enclencher toutes les énergies pour que les relations sino-burundaises aillent toujours de l’avant en 2019 et dans les années à venir. 

Source: Xinhua