Le président burundais Pierre Nkurunziza appelle les Burundais qui étaient partis au Rwanda depuis mars suite aux rumeurs d’insécurité à rentrer chez eux d’ici un mois, a déclaré mardi le porte-parole adjoint de la présidence Louis Kamwenubusa.

“Le président appelle les autorités administratives de Kirundo (province burundaise limitrophe du Rwanda, ndlr), les parlementaires élus dans la circonscription de Kirundo et les natifs de la province de Kirundo à faire tout leur possible pour ramener au Burundi d’ici un mois les citoyens qui ont fui au Rwanda suite aux rumeurs d’insécurité”, a-t-il déclaré.

M. Kamwenubusa a fait cette déclaration à l’issue d’une réunion à huis clos du président Nkurunziza dans la province de Kirundo avec les habitants natifs de cette province.

Plus de 800 Burundais ont fui les provinces de Kirundo, Ngozi et Muyinga dans le nord du pays le mois dernier, pour se réfugier au Rwanda.

La semaine dernière, deux ministres burundais se sont rendus dans un camp au Rwanda, qui accueille les Burundais, sans réussir à les convaincre de rentrer chez eux.

Ces derniers ont déclaré avoir fui leur foyer suite à des informations selon lesquelles une guerre pourrait éclater lors des élections prochaines au Burundi. Ils ont cherché refuge dans la province de l’Est du Rwanda, tandis que d’autres réfugiés se sont adressés à la province du Sud du Rwanda.

Ces réfugiés burundais craignent de voir, lors des élections générales qui auront lieu de mai à septembre au Burundi, la situation dégénérer d’une manière similaire aux massacres interethniques qui avaient opposé les ethnies hutu, majoritaire, et tustsi, minoritaire, après la mort du président burundais Melchior Ndadaye en 1994.